GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Le président syrien Bachar al-Assad en Argentine rencontre la communauté musulmane

    media La Présidente de l'Argentine Cristina Fernandez (D) accueille le président syrien Bashar al-Assad (G) , à la résidence présidentielle de Buenos Aires, le 2 juillet 2010. Photo: Martin Acosta /Reuters

    Le président syrien Bachar al-Assad était vendredi 2 juillet 2010 en Argentine. A Buenos Aires, il a appelé son homologue argentine Cristina Kirchner à soutenir l’accord sur le nucléaire négocié entre le Brésil, la Turquie et l’Iran. Une visite dans le cadre de sa tournée en Amérique latine dans un pays où il y a une forte communauté musulmane. Six millions d’immigrants sont arrivés en Argentine, au début du 20e siècle. Des Européens en majorité, mais aussi des Syriens, Libanais, Palestiniens. Loin des tensions politico-religieuses, ils vivent en bonne entente en Argentine.

    Avec notre correspondant à Buenos Aires,Jean-Louis Buchet

    On les appelle Turcos, Turcs, parce que leurs grands-parents venus de Syrie ou du Liban étaient alors citoyens de l’Empire ottoman.

    A l’époque, au début du 20e siècle, six millions d'immigrants sont arrivés en Argentine. Des Européens en majorité, mais aussi des Moyens-Orientaux, Syriens, Libanais, Palestiniens, dont trois millions d’Argentins seraient aujourd’hui les descendants.

    L’un d’entre eux, Carlos Menem, de père et mère syriens a été le premier chef d’Etat d’origine arabe du pays. On le surnommait « el Turco », ainsi que sont encore designés les représentants d’une immigration qui s’est ralentie mais qui n’a jamais cessé.

    Comment est-on turco aujourd’hui en Argentine ? « On me dit Turco, oui je ne nie pas mon identité, je suis arabe, je suis musulman et maintenant, je suis argentin. On me respecte, je respecte les autres et nous sommes tous pareils. Quand on a une culture on ne peut pas la nier ni l’oublier, on l’a dans le sang », nous explique Walid.

    Syrien et Libanais, chrétien et musulman vivent en bonne entente en Argentine. De fait, la plupart des clubs ou associations où ils se retrouvent sont génériquement dits syro-libanais.

    Il n’y a pas non plus de problème entre eux et les représentantes de l’importante communauté juive du pays. Les tensions du Moyen-Orient ne rencontrent guère d’écho ici.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.