GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Chili : la délivrance pour les mineurs après 69 jours de calvaire

    media Florencio Avalos (G), le premier mineur remonté à la surface, dans les bras du président chilien, Sebastian Pinera (D) REUTERS/Jose Manuel

    Sous l'oeil des caméras du monde entier, les opérations de secours se poursuivaient avec succès mercredi 13 octobre pour extraire les 33 mineurs prisonniers de la mine de San Jose, au Chili. Florencio Avalos, 31 ans, est le premier à être sorti des entrailles de la terre à l'aube, après 69 jours sous terre. Il a été remonté dans une étroite capsule hissée jusqu'à l'air libre à travers un conduit spécialement percé pour cette opération de sauvetage. Dix autres mineurs ont déjà pu être ramenés à la surface au fur et à mesure. Le président de la République Sebastian Pinera est aussi sur les lieux pour accueillir les « miraculés ». L'opération devrait s'étendre sur une journée et demi, voire deux jours. Mais pour toutes les familles, c'est un grand soulagement.

    Avec notre envoyée spéciale à San Jose, Claire Martin

    C’est l’allégresse qui domine dans le campement de l’espoir comme les familles l’ont appelé. Après 69 jours, leurs proches remontent. Ils leur reviennent des entrailles de la terre, avec une tranquilité et un bonheur impressionnant. Les ministres, les secouristes, le président de la République, la Première dame du Chili, tous pleurent et rient tout autant. Dans le campement, les familles regardent l’écran géant avec bonheur et nervosité.

    «Je suis heureuse, heureuse parce que c’est comme ça que je vais recevoir mon fils aussi, quand ce sera mon tour, parce que c’est le numéro 28. C’est Richard Villaroël. Je suis Antonia Villaroël, sa maman. Et elle, c’est sa petite sœur, elle va aller le recevoir aussi. C’est lui qui a demandé qu’elle vienne le recevoir avec moi».

    «Je m’appelle Antonia Ramirez, je suis heureuse parce que je vois que mon frère va bientôt sortir». « Quand il va sortir, je vais l’embrasser, je vais lui dire combien je l’aime, c’est un bon fils», ajoute la mère.

    Une vive émotion qui tranche avec la tranquilité des mineurs qui continuent à attendre dans le tunnel. En caleçons longs blancs, ce sont eux-même qui préparent le mineur qui remonte, lui attachant son harnais, laissant au secouriste la seule tâche de refermer la porte de la nacelle.

    Je suis heureuse, heureuse parce que moi aussi je vais pouvoir accueillir comme cela mon fils quand ça sera son tour.

    Une mère et la soeur d'un mineur 13/10/2010 Écouter

    Cette opération de sauvetage a été merveilleuse, magnifique, pleine d'émotion.

    Sebastian Pinera, président du Chili 13/10/2010 Écouter

    Le président Pinera tire les bénéfices politiques de ses efforts

    «Ces 33 hommes sont le symbole de l'unité de notre pays ». Voilà ce qu'a déclaré au petit matin un Sebastien Pinera radieux devant les caméras du monde entier. Il est vrai que depuis l'accident de la mine de San Jose, le nouveau président du Chili peaufine son image. Cet homme d'affaires qui avait promis lors de sa campagne électorale de diriger le pays comme un chef d'entreprise super actif, avait là un occasion en or de démontrer aux Chiliens de quoi il est capable.

    Et en effet, durant les premiers 17 jours qui ont suivi l'accident, et alors que le pays tanguait entre désespoir et envie d'y croire, c'est le président qui avait insisté pour que les recherches se poursuivent afin de retrouver les 33 mineurs. C'est encore Sebastian Pinera qui, début septembre, avait fait pression sur les équipes de secours pour faire remonter les sinistrés à la surface à l'occasion de la fête nationale, le 18 septembre.

    Finalement, le sauvetage a pris plus de temps que prévu. La cote de popularité du président est tout de même montée en flèche et a fait un bond de 10%.
     

    Suivre le sauvetage en direct sur les médias chiliens

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.