GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Avril
Lundi 15 Avril
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 19 Avril
Samedi 20 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    France: Abdelkader Merah reconnu coupable de «complicité» et condamné à 30 ans de réclusion criminelle
    Amériques

    Etats-Unis : la Cour suprême va réétudier l'immunité de l’ancien ministre de la Justice, John Ashcroft

    media John Ashcroft, ancien ministre de la Justice de l'administration Bush. Photo : AFP

    La Cour suprême américaine a annoncé le 18 octobre qu'elle examinerait l'immunité de l'ancien ministre de la Justice de George W. Bush, John Ashcroft, pour une pratique policière ciblée contre les musulmans, qui a succédé au 11-Septembre. La plus haute juridiction des Etats-Unis devrait examiner l'affaire début 2011 et rendre une décision d'ici à juin.

    Avec notre correspondant à Washington, Raphaël Reynes

    En mars 2003, Abdullah al-Kidd s'apprête à s'envoler pour l'Arabie Saoudite. Mais alors qu'il doit embarquer à l'aéroport, deux agents du FBI l'interpellent. Al-Kidd, citoyen américain, est placé en détention durant quinze jours avec le statut de « témoin crucial » dans une affaire de terrorisme.

    Le problème, c'est qu'aucune charge n'a jamais été émise à l'encontre d'Abdullah al-Kidd, et qu'il n'a même jamais été convoqué pour témoigner au procès d'Omar al-Hussayen : un homme qui, d'ailleurs, s'est vu acquitter de la plupart des charges pesant contre lui en 2004.

    Aujourd'hui, Abdullah al-Kidd affirme que les méthodes employées sous l'autorité de John Ashcroft ont « violé le 4e amendement de la Constitution ». Un texte, qui garantit aux citoyens américains la présomption d'innocence.

    Ce statut de  « témoin crucial » aurait ainsi servi à arrêter illégalement des dizaines de personnes contre lesquelles l'Etat n'avait aucune preuve, affirme al-Kidd, mais qui apparaissaient suspectes. Les tribunaux américains lui ont déjà donné raison deux fois : en première instance et en appel.

    John Ashcroft a saisi la Cour suprême qui devrait rendre sa décision au début de l'été prochain.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.