GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Janvier
Vendredi 17 Janvier
Samedi 18 Janvier
Dimanche 19 Janvier
Aujourd'hui
Mardi 21 Janvier
Mercredi 22 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • L'opposant vénézuélien Juan Guaido rencontrera mercredi à Bruxelles le chef de la diplomatie de l'UE Josep Borrell
    • Irak: trois manifestants tués à Bagdad (médecins)
    • Chine: le virus transmissible entre humains, selon un expert gouvernemental
    • Venezuela: Pompeo pour «soutenir» les efforts contre la «tyrannie» de Maduro
    • RDC: une panne de l'émetteur de RFI à Goma empêche actuellement la diffusion de nos programmes
    • Réforme des retraites: nouvelle intrusion au siège de la CFDT avec coupure d'électricité revendiquée par la CGT Energie IDF (syndicats)
    • Russie: Vladimir Poutine a déposé ses propositions d'amendements à la Constitution (Parlement)
    • Détroit d'Ormuz: huit pays européens soutiennent la création d'une mission maritime, annonce le ministère français des Affaires étrangères
    • Norvège: les populistes du Parti du Progrès quittent le gouvernement après le rapatriement d'une femme de jihadiste
    • Virus en Chine: l'épidémie doit être «résolument enrayée», dit le président Xi Jinping
    • Tony Hall, le directeur de la BBC, annonce qu'il démissionnera cet été
    Amériques

    Guillermo Fariñas, militant anticastriste, obtient le prix Sakharov

    media Guillermo Fariñas Reuters / Desmond Boylan

    Tous les ans, le Parlement européen remet le prix Sakharov, qui couronne les efforts d'un homme ou d'une femme en faveur de la liberté de penser. Cette année, c'est le dissident cubain Guillermo Fariñas, 48 ans, éternel défenseur des droits de l'homme face au régime castriste, qui l'a emporté. Une distinction qui récompense 15 années de lutte politique.

    Fils de révolutionnaires, Guillermo Fariñas n’a jamais pris la voie des armes. Son corps porte pourtant les stigmates du combat politique qu’il mène depuis des années contre le régime castriste : le dissident cubain a fait de la grève de la faim le principal instrument de ses revendications. En près de 15 ans, il a cessé de s’alimenter à 23 reprises, précipitant l’apparition de complications hépatiques chroniques, doublées d’un caillot de sang longtemps logé dans son artère jugulaire.

    Mais ce journaliste, ancien directeur de l’agence de presse indépendante Cubanacán Press, semble bien loin de se soucier de son état de santé. Il s’est toujours dit prêt à payer de sa personne pour obtenir des autorités cubaines « qu’elles cessent, comme elles le font depuis 51 ans, de tuer les opposants politiques ».

    Une lutte sans fin pour la liberté

    En 2006, il arrête de boire et de se nourrir pour réclamer que les Cubains puissent accéder librement à Internet. Sans succès. Quatre ans plus tard, en février 2010, profondément choqué par la situation sanitaire des prisonniers politiques dans les geôles de son pays, Guillermo Fariñas entame par une nouvelle période de privation volontaire un bras de fer sans précédent avec le régime des frères Castro.

    Cette fois, largement diffusées par les médias internationaux, les images de son crâne chauve et de son corps décharné font le tour du monde. Malgré la pression, l’administration cubaine se refuse à libérer les 26 détenus malades dont il exige qu’ils soient rendus à leurs familles.

    Ce n’est que le 7 juillet, au bout de 135 jours de calvaire, et après que le dissident a perdu plus de 20 kilos, que l’Etat cubain, par l’intermédiaire de l’Eglise, annonce la remise en liberté de 52 prisonniers. Sur le lit d’hôpital où il a frôlé la mort, Guillermo Fariñas déclare simplement : « C’est Cuba qui a gagné ».

    Le prix d'un « grand sacrifice personnel »

    « C’était le candidat idéal parce qu’il répond parfaitement aux exigences du prix Sakharov, a déclaré le député espagnol européen José Ignacio Salafranca, qui a soutenu sa candidature. La défense des droits humains et des libertés fondamentales, la liberté d’expression et la lutte pour la démocratie, avec un grand sacrifice personnel ».

    Joint par la rédaction latino-américaine de RFI, Guillermo Fariñas s’est dit « encouragé à poursuivre la lutte pour la démocratie représentative dans [son] pays ». « Nous continuerons notre bataille jusqu'à la fin, a-t-il ajouté, même si cela doit nous coûter la vie. Je pense que le Parlement européen envoie un message directement au gouvernement cubain et à la gauche radicale dans le monde entier ; un message en faveur de la liberté d'opinion. » Il a dédié son prix à tous les « martyrs » de Cuba.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.