GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le modèle économique de Facebook et Google est une «menace» pour les «droits humains», selon Amnesty
    • Séisme de magnitude 6,1 dans le nord-ouest du Laos
    Amériques

    La communauté noire d’Oakland, en Californie, entre engagement et lassitude

    media Le Black Organizing Porject (BOP) veut donner de la voix à la communauté noire d’Oakland. RFI

    Mardi prochain, le 2 novembre 2010, auront lieu les élections de mi-mandat aux Etats-Unis. Malmenés dans les sondages, les démocrates risquent de perdre leur majorité dans les deux chambres du Congrès. Dans certaines élections clés, l'électorat afro-américain pourrait pourtant faire du tort aux républicains, s'il se mobilise en masse comme en 2008 lorsque les Etats-Unis sont entrés dans l'histoire en élisant leur premier président noir. Mais deux ans plus tard, le moral de la communauté noire est en berne. C’est elle qui, selon les statistiques, est le plus durement touchée par la crise économique.

    Envoyée spéciale en Californie,

    « Je me souviens du 4 novembre 2008 comme si c’était hier. C’est l’élection le plus extraordinaire de toute ma vie », dit Denida Green. La jeune femme, qui tient un salon de coiffure sur McArthur Avenue à Oakland, devient songeuse. Dans cette ville, à seulement 15 kilomètres à l’est de San Francisco, les Afro-Américains représentent un tiers de la population de quelque 430 000 habitants. Et tous se souviennent avec émotion de la soirée qui a vu Barack Obama être élu président des Etats-Unis.

    « D’un coup, je me suis sentie importante », raconte la voisine de Denida. « La couleur de ma peau ne valait pas moins que celle des autres ». Ce jour-là, André Rawlins a voté pour la première fois de sa vie. « Après mon travail, j’ai couru au bureau de vote », se souvient cet Afro-Américain. « Je ne voulais rater ça pour rien au monde. Pour la toute première fois j’avais l’impression que mon vote est important. C’était un jour vraiment exceptionnel pour nous tous ».

    « L’heure de vérité a sonné »

    Assis sur une banquette des années 50 dans un café au coin de la rue, Keith Queen parle politique avec des amis. Dans quelques jours auront lieu les élections de mi-mandat. « Le fait de voir un Afro-Américain accéder à la Maison Blanche était un vrai moteur pour chacun d’entre nous. C’était la fête ! », dit cet entrepreneur de 52 ans. « Mais vous allez voir ! Maintenant, deux ans plus tard, l’heure de vérité a sonné. Tous les Noirs devraient aller voter. Mais je ne pense pas que les gens le feront. Ils ne sont pas motivés du tout ».

    Car à Oakland, comme par tout ailleurs en Californie, la crise est omniprésente et ses symptômes sont multiples.

    Cette crise, Denida Green la subit au quotidien : « Beaucoup de mes clients ont perdu leur boulot », raconte la coiffeuse. « Bien évidemment, se faire coiffer n’est pas une chose vitale. Quand on est à court d’argent, ce n’est pas chez le coiffeur qu’on va le dépenser. Mes revenus sont donc également en baisse ».

    Notre dossier spécial

    La crise au quotidien

    « Que fait-on de notre jeunesse par exemple ? », s’interroge l’entrepreneur Keith Queen en sirotant un cappuccino. « 16% des hommes noirs sont sans emploi à Oakland. 37% des garçons noirs quittent l’école sans diplôme. C’est un drame ».

    « Que voulez vous », lance André Rawlins, père d’un petit garçon. « Nos écoles, et plus encore, celles dans les quartiers noirs, sont dans un état lamentable. Il n’y a pas suffisamment de professeurs, les mômes sont beaucoup trop nombreux par classe, les salles sont saturées, il n’y a pas assez de livres pour les petits. Bref, c’est du très grand n’importe quoi ».

    Si les conditions de vie des habitants d'Oakland n'ont guère changé durant les deux premières années de la présidence Obama, le regard que la communauté noire porte sur elle-même a pourtant bel et bien évolué. « Beaucoup d’entre nous sont désormais plus motivés », estime Ifonia Gelin. « Prenez par exemples les enfants : ils ne ’aiment plus, ils se respectent plus, ils veulent s’en sortir. Nous sommes vraiment prêts à initier plus de changement qu’auparavant ».

    Black Organizing Project

    Ifonia Gelin fait partie d'une organisation qui a vu le jour il y a un an. LeBlack Organizing Project (BOP) veut donner de la voix à la communauté noire d’Oakland. « Après l’élection de Barack Obama il y avait un tel enthousiasme », explique la fondatrice de BOP, Jackie Byers. « Nous nous sommes posés la question : que faire avec toute cette énergie qui s’exprime au sein de notre communauté afro-américaine ? Que faire avec tous ces gens qui s’étaient intéressés, souvent pour la première fois de leur vie, à un processus politique et qui avaient la volonté de faire avancer les choses. Pour leur donner une plateforme, nous avons créé notre organisation ».

    Quand les premiers membres du Black Organizing Project sont arrivés dans le quartier d’André Rawlins, ce jeune Afro-Américain a été tout de suite séduit : « J’en avais marre de me plaindre tout le temps sans que rien ne change. En m’engageant aux côtés du BOP, j’ai l’impression que ma petite voix résonne plus fort. Je ne suis plus isolé mais je fais désormais partie d’un mouvement qui prend de plus en plus d’ampleur dans ma ville ».

    « Il nous faut plus qu’un chef brillant à la Maison Blanche »

    Les rassemblements organisés par le Black Organizing Project jouissent d’une popularité croissante. De plus en plus d’Afro-Américains y participent pour faire part de leurs problèmes, leurs questionnements mais aussi de leurs attentes et de leurs espoirs. Ensemble, ils espèrent peser petit à petit sur les décisions du gouvernement local.

    « C’est un apprentissage », analyse la fondatrice de BOP, Jackie Byers. « Il faut comprendre que ce n'est pas une seule personne, même président, qui va tout changer pour nous. Nous ne pouvons pas nous contenter d’un chef brillant et charismatique à la Maison Blanche. Chacun d’entre nous, et tous ensemble, nous devons être à l’origine de ces changements ».

    Dans le quartier de McArthur, Denida Green s’emporte face à une amie : « Tout le monde râle: ‘Obama ne fait rien ! Je ne vois aucun changement !‘ Mais le changement a besoin de temps. Le seul mot d’ordre doit être : tout le monde aux urnes le 2 novembre prochain ! Le changement arrivera par nous ! ».

    Le Parti démocrate a dépensé la somme record de 3 millions de dollars en publicité dans des médias noirs. Le message est simple : nous avons besoin de vous.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.