GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 25 Juillet
Vendredi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Tristesse et consternation après le décès de Nestor Kirchner en Argentine

    La Nación, journal pro gouvernemental, consacre toute son édition en ligne à la mort de Nestor Kirchner, le mari de l’actuelle présidente Cristina Kirchner qui a lui a succédé en 2007.

    « Veillée émouvante sur la Place de Mai », titre le journal. «  Des centaines de personnes se joignent aux milliers qui ont passé la nuit devant la Casa Rosada, le palais présidentiel, pour un adieu à l’ex-président. »
    « Incrédulité », « tristesse et consternation », peut-on lire dans Clarin. « Un pays bouleversé », écrit le journal qui consacre lui aussi pratiquement toute son édition au décès par arrêt cardiaque de l’ancien président âgé de 60 ans. « Toute l’opposition exprime sa solidarité et son appui à la Présidente », écrit Clarin.
    Tous les journaux des pays voisins titrent sur la mort de Nestor Kirchner. Pour le journal brésilien Folha de Sao Paolo, « Kirchner fut l’un des présidents les plus influents de son pays ». Le président Hugo Chavez a même décrété « trois jours de deuil national », écrit le journal El Universal, pour ce qu’il considère « constituer une perte irréparable » selon les mots du président vénézuélien. Le Brésil, l’Uruguay et le Paraguay ont eux aussi annoncé trois jours de deuil national.

    Incertitude politique après le décès de Nestor Kirchner
     
    El Mercurio au Chili en fait déjà un article en une : « La mort de Kirchner ouvre une ère d’incertitude politique en Argentine », même titre également dans El Comercio au Pérou, ou encore dans El Tiempo de Colombie : « Kirchner, l’homme qui n’a jamais connu le calme ».
    Dans la presse argentine également: « Une nouvelle ère commence » écrit l’éditorialiste Ricardo Kirchbaum dans Clarin, « celle de l’après-Kirchner. « Car jusqu’à présent », écrit le journaliste, « Nestor Kirchner avait mis en place un schéma astucieux pour conserver le pouvoir en s’auto-succédant. » « Il était déjà candidat pour les élections d’octobre 2011 et espérait que sa femme qui lui a déjà succédé en 2007, lui passe le drapeau présidentiel pour quatre ans », poursuit l’éditorialiste. En 2015, ils auraient ainsi inversé les rôles. « L’objectif était de conserver le pouvoir entre les mains des mêmes personnes », conclut-il.
    En revanche, selon le directeur du Centre d’Etudes « Union pour la nouvelle majorité » Rosendo Fraga, qui signe une tribune dans La Nación, « sans Kirchner, Cristina peut assumer seule le pouvoir ». « Elle occupe maintenant le devant de la scène et a l’opportunité d’exercer le pouvoir par elle-même, un an avant les élections et treize mois avant la fin de son mandat », assure-t-il. Mais elle devra prendre des décisions importantes, martèle Clarin, parmi lesquelles « réformer le Parti Justicialiste ».

    La presse économique indique une remontée des valeurs sur les marchés

    « Les valeurs argentines ont grimpé en flèche après l’annonce de la mort de Kirchner », titre le journal économique El Cronista, « les valeurs de Clarin ont fait un bond de 50% et le risque pays est retombé de 60 points ». Il faut dire que les relations entre le groupe de presse Clarin et Nestor Kirchner étaient extrêmement tendues. Certains financiers sont très clairs : « Pour l’Argentine, concernant les marchés, le fait de savoir que Kirchner ne sera pas dans la course à la présidence l’an prochain ne peut être qu’une bonne nouvelle », a déclaré au journal Roberto Sanchez Dahl qui gère des milliers de portefeuilles pour le compte de Federated Investment Management. Pour l’économiste Alberto Ramos de Goldman Sachs, « la tendance macroéconomique pourrait ne pas changer à court terme, mais le décès de Kirchner introduit une incertitude politique importante », déclare-t-il dans Clarin.

    Etats-Unis : à cinq jours des élections de mi-mandat, le moral des électeurs est en berne
     
    C‘est le constat du Washington Post, « A travers tout le pays, les électeurs manifestent colère, frustration et peur à l’approche des élections », écrit le journal, et pas seulement contre le camp Démocrate. « L’insatisfaction envers les Républicains est elle aussi assez profonde » et « tout le monde a de quoi se plaindre. » Les enjeux de mardi prochain sont importants, insiste le journal.
    Le New York Times se focalise sur ceux qui avaient permis aux Démocrates de contrôler la majorité au Sénat et qui sont aujourd’hui indécis. « Ceux-ci sont en train de basculer vers le camp Républicain », selon le dernier sondage New-York Times/CBS News, rapporte le journal. « Les Républicains ont récupéré l’avantage dont bénéficiaient jusqu’ici les Démocrates concernant les femmes, les catholiques, les Américains les moins riches et les indépendants ». « C’est le vote de ces indécis qui sera déterminant », conclut le New York Times.

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.