GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 1 Juillet
Samedi 2 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Le fondateur de WikiLeaks reçu en Suisse devant le Conseil de l’ONU pour les droits de l’homme

    media

    Julien Assange, le créateur du site internet WikiLeaks, est à Genève où il doit faire, ce vendredi 5 novembre 2010, une présentation consacrée à la situation aux Etats-Unis devant le Conseil de l’ONU pour les droits de l’homme. Et Julien Assange a indiqué lors de son déplacement en Suisse qu’il songeait à demander l’asile politique à ce pays pour des raisons de sécurité. Le site WikiLeaks a notamment beaucoup fait parler de lui après avoir publié de nombreux documents secrets sur les guerres en Irak et en Afghanistan.

    Avec notre correspondant à Genève, Laurent Mossu

    Julien Assange engage le combat aux Nations unies. Le fondateur de WikiLeaks, qui a dénoncé les exactions commises par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan en publiant des centaines de documents secrets, mène bataille en marge du Conseil des droits de l’homme. L’organe de l’ONU est précisément appelé ce vendredi à examiner la politique américaine en la matière.

    Parrainé par l’Institut international de la paix, Julien Assange joue les trouble-fête. Il dénonce le refus de Washington d’enquêter sur ces allégations de tortures et d’assassinats. Washington qui, dit-il, cherche uniquement à le faire taire et à détruire son institution.

    Le débat s’annonce extrêmement tendu et vif. Alors que plusieurs pays sont prêts à monter aux barricades pour faire toute la lumière sur les agissements de l’armée des Etats-Unis.

    Nombre d’organisations non gouvernementales vont se joindre à l’opération. Elles se disent déçues par la président Obama et craignent un durcissement de la politique américaine au lendemain des élections parlementaires.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.