GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Irak: une attaque fait 12 morts dans la ville sainte chiite de Kerbala (sécurité)
    • Yémen: les rebelles annoncent vouloir arrêter toutes les attaques contre l'Arabie (dirigeant insurgé)
    • Affaire Karachi: le parquet demande un procès pour Balladur et Léotard (source judiciaire)
    • Respect de la vie privée: Facebook suspend des dizaines de milliers d'applications
    • Commerce: Trump ne pense pas aboutir à un accord avec Pékin avant l'élection de 2020
    • Procès Mélenchon en France: le jugement mis en délibéré au 9 décembre
    • Greta Thunberg espère que la société a atteint «un tournant» sur le climat (interview à l'AFP)
    Amériques

    Choléra en Haïti: des manifestants demandent le départ de la Minustah

    media L'épidémie de choléra a déjà fait plus de 1100 morts en Haïti. Reuters/St-Felix Evens

    « Minustah, va-t-en » ou encore « Minustah = choléra » : tels étaient les slogans scandés ce jeudi 18 novembre au centre de Port-au-Prince. Après les violents affrontements entre manifestants et casques bleus de l'ONU ces derniers jours dans le nord et le centre du pays, des heurts ont éclaté jeudi pour la première fois dans la capitale, Port-au-Prince. A quelques jours des élections présidentielles et législatives, prévues le 28 novembre, et alors que le pays est en proie à l'épidémie de choléra qui a fait plus de 1100 morts en un mois, les manifestants ont demandé le départ de la Minustah, la force onusienne pour la stabilisation d'Haïti.

    Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

    Les manifestants ne sont qu’une petite centaine ce jeudi 18 novembre, mais ils ont clairement l’intention d’en découdre avec la Minustah car le mot d’ordre de cette protestation est bien l’appel au départ immédiat des casques bleus d’Haïti. La population accuse les soldats népalais des Nations unies d’avoir apporté le choléra dans le pays.

    Sur le Champ-de-Mars, la plus grande place de la capitale Port-au-Prince, les manifestants ont barré les routes avec des bennes à ordures, des pneus enflammés. Seule la police nationale ce matin était visible. Ses officiers ont été évidemment la cible de jets de pierres très fournis. Et eux ont riposté en tirant sans réelle précision en l’air de nombreuses grenades lacrymogènes, ce qui a fait rapidement monter le ton car sur la place du Champ de Mars, il y a toujours des milliers de familles de sinistrés du séisme et personne -hommes, femmes, enfants- n’a été épargné par ces gaz.

    Les camions des forces d’intervention haïtiennes ont quitté les lieux et les manifestants ont pu reprendre leur cérémonie d’enterrement de la Minustah, mais aussi l’enterrement de Jude Célestin, c’est le candidat choisi par le pouvoir actuel pour l’élection présidentielle qui aura lieu dimanche prochain, le 28 novembre.

    Quelques échauffourées sporadiques continuent encore dans les rues secondaires, mais la situation s’est calmée dans le bas de la ville. On ne peut pas parler de guérilla urbaine dans la capitale haïtienne.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.