GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Octobre
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    L'avenir du protocole de Kyoto, l'ombre qui plane sur Cancun

    media

    Au terme de la première semaine de négociations des délégations du monde entier, réunies à Cancun (Mexique), l’épineuse question de l’avenir du Protocole de Kyoto divise. Certains pays industrialisés, comme le Canada, le Japon et la Russie sont réticents, voire franchement hostiles, à une nouvelle période d'engagement. Face à cette situation, la responsable climat de l'ONU, Christiana Figueres, a appelé au « compromis ».

    Avec notre correspondant à Mexico, Patrice Gouy

    A Cancun, le ton a commencé à monter. Le Canada est au centre de la polémique car il refuse ouvertement la deuxième phase du protocole de Kyoto estimant qu’il est inutile que les pays industrialisés fassent plus d’effort si la Chine, l’Inde et le Brésil ne s’engagent pas davantage.

    La prise de position du gouvernement d’Ottawa a provoqué une véritable commotion. Alors que de nombreux pays tentent de sauver ce sommet de Cancun en adoptant une série de petites mesures qui permettent de rallier progressivement toutes les positions, le Canada fait de l’obstruction.

    La nouvelle a déclenché un mouvement d’indignation chez les écologistes. Dans les délégations, on parle d’un manque de décence du Canada dont on pensait qu’il adopterait, comme les Etats-Unis, un profil bas qui n’entrave pas les négociations déjà très difficiles.

    Ce qu’il ne faut pas détruire, c’est la fragile assise d’une action commune. « Même si personne ne sort pleinement satisfait, a déclaré Christina Figueres, chacun doit participer à la magie d’un accord politique multilatéral ». Le Japon, le Canada et la Russie risquent dorénavant d’être pointés du doigt pour expliquer la lenteur des négociations.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.