GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Juin
Dimanche 17 Juin
Lundi 18 Juin
Mardi 19 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 21 Juin
Vendredi 22 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Migrations: Les Etats-Unis premier pays de demande d'asile dans l'OCDE en 2017, devant l'Allemagne (rapport)
    • Afghanistan: trente policiers et soldats tués dans des attaques de talibans (responsables)
    • En Erythrée, le président annonce l’envoi d’une délégation en Ethiopie
    • Grève à la SNCF: Laurent Berger (CFDT) «souhaite» qu'elle s'arrête après le 28 juin (CNews)
    • Yémen: l'aéroport de Hodeida désormais sous «contrôle total» des forces progouvernementales (Emirats)
    Amériques

    L'ouverture à Paris du procès de la dictature chilienne

    media

    La France organise à partir de ce mercredi matin 8 décembre, un procès historique des crimes imputés à la dictature d'Augusto Pinochet au Chili entre 1973 et 1990, à travers l'examen de la disparition de quatre Français. Quatorze Chiliens, presque tous militaires, comparaissent par défaut devant la cour d'assises de Paris jusqu'au 17 décembre prochain. Ils sont poursuivis pour enlèvements et séquestrations avec actes de torture et de barbarie, des faits passibles de la réclusion à perpétuité.

    C'est un procès pour l'histoire. Pour la première fois une cour de justice va se pencher sur les années sombres du Chili. Exceptionnellement, et comme pour le procès du criminel nazi Klaus Barbie à Lyon en 1987, une camera va même entrer dans la salle de la cour d'assises de Paris.

    Le dossier porte sur la disparition, sous la dictature, de quatre Français : Georges Klein conseiller au cabinet du président Allende, Etienne Pesle, Alphonse Chanfreau et Jean Yves Claudet-Fernandez des opposants au régime de Pinochet. Mais les proches de ces disparus ne verront pas les tortionnaires.

    Car les 14 militaires chiliens dont le principal accusé est Manuel Contreras l'ancien chef de la Dina, la police secrète du régime, ne viendront pas en France et ne seront pas non plus représentés. Certains d'entre eux ont déjà été condamnés pour d'autres faits et sont détenus ou assignés à résidence au Chili, mais en refusant de répondre à la convocation de la justice française, les familles de victimes savent bien qu'ils nient l'existence même de leurs crimes.

    Les familles des disparus espèrent néanmoins faire de l'audience un moment pour la mémoire. Une trentaine de témoins est attendu à la barre.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.