GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Le diplomate américain, Richard Holbrooke, dans un état critique

    media Le président afghan Hamid Karzaï (c) avec le représentant spécial des Etats-Unis Richard Holbrooke (g) et le chef des forces armées américaines au Moyen-Orient et en Asie centrale David Petraeus à l'aéroport de Kaboul, le 11 avril 2010. REUTERS/Shah Marai

    L’émissaire américain au Pakistan et en Afghanistan, Richard Holbrooke, pris d’un malaise alors qu’il se trouvait au département d’Etat a dû subir samedi matin une opération chirurgicale pour un déchirement de l’aorte: il serait, selon ses médecins, dans un état critique.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    En dépit de ses 69 ans et d’un emploi du temps épuisant, Richard Holbrooke donnait l’impression d’un homme vigoureux, même s’il avait eu quelques problèmes cardiaques dans le passé. D’où la surprise provoquée par sa soudaine hospitalisation. Philip Crowley, le porte département d’Etat qui a annoncé la nouvelle a dit qu’après son opération pour un déchirement de l’aorte, il était dans un état critique et qu’il était entouré de sa famille.

    Cette intervention chirurgicale se produit à un moment où le général Petraeus s’apprête à remettre au Pentagone un nouveau rapport sur la situation en Afghanistan. Holbrooke, après une période d’éclipse sous l’administration Bush, avait été rappelé aux affaires par Barack Obama qui l’avait nommé émissaire au Pakistan et en Afghanistan. Il avait joué un rôle important dans la conception de la stratégie américaine de contre-insurrection, pour donner aux Afghans le sentiment qu’ils étaient mieux protégés et que leur vie s’améliorait. Il avait dépêché un millier de diplomates et fonctionnaires civils pour participer à la reconstruction du pays.

    Si sa santé devait l’écarter du débat, les Etats-Unis seraient privés des talents d’un homme que le vice-président Joe Biden appelle « une arme puissante dans l’arsenal diplomatique américain ».

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.