GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    L’ONU va enquêter pour déterminer l’origine de l’épidémie de choléra en Haïti

    media Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon (2e d) aux côtés de déplacés haïtiens à Port-au-Prince, le 17 janvier 2010. REUTERS/Logan Abassi/UN Photo/Handou

    Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a annoncé, vendredi 17 décembre au soir, une commission d'enquête sur le choléra en Haïti. Il s'agit de déterminer comment est réapparue la maladie qui avait disparu du pays depuis une centaine d'années.

    La question qui se pose en Haïti aujourd'hui est de savoir si le choléra a été réintroduit par les casques bleus népalais de la Minustah.

    Il y a quelques jours, un épidémiologiste français, le Dr Robert Piarroux, estimait que c'était l'hypothèse la plus vraisemblable après avoir étudié la localisation et l'évolution du nombre de cas. Mais la Minustah, après avoir testé ses soldats, affirmait qu'aucun d'entre eux n'était malade. Mais selon les spécialistes, cela ne veut pas dire qu'ils n'ont pas été malades à la mi-octobre, date de l'apparition de l'épidémie. D'où l'annonce de Ban Ki-moon.

    « Il reste des interrogations et des préoccupations légitimes qui nécessitent que l’on apporte la meilleure réponse. C'est pourquoi j'annonce la création d'une commission scientifique pour enquêter sur l'origine de l'épidémie de choléra en Haïti », a déclaré le secrétaire général de l’ONU.

    Il n'y a qu'une enquête avec des méthodes judiciaires qui permettrait de savoir si des casques bleus ont été malades et si des déjections ont été jetées dans la rivière Artibonite, affirmait il y a quelques jours le médecin d'une organisation humanitaire. Reste donc à savoir si, malgré les garanties fournies par Ban Ki-moon, cette commission aura la capacité d'enquêter.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.