GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 30 Septembre
Samedi 1 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Bilan mitigé pour l’accueil des Haïtiens sinistrés en France

    media

    Au lendemain du séisme qui avait fait plus de 250 000 victimes en Haïti, les autorités françaises s'étaient engagées à faciliter l'accueil des victimes et les conditions du regroupement familial dans la délivrance des visas. Un an après le drame, les associations franco-haïtiennes et plusieurs organisations investies dans la solidarité avec Haïti comme dans le soutien aux droits des migrants font le bilan.

    Quelques jours après le séisme, l'ancien ministère de l'Immigration se mobilisait, en liaison étroite avec celui des Affaires étrangères pour répondre à la situation humanitaire en Haïti. Dans un courrier officiel, Eric Besson s'engageait autour d'un dispositif exceptionnel et temporaire d'accueil des victimes en France, des facilités accordées pour la délivrance des visas pour visites familiales notamment en permettant le regroupement familial à ceux qui ont des proches en France. Un an après c'est la colère et l'incompréhension : les promesses n'ont pas été tenues. « En créant de faux espoirs, le gouvernement a rajouté de la douleur à la douleur : c'est inhumain », souligne Nicole Launey de la Ligue des doits de l'homme (LDH).

    Une situation inacceptable

    En avril dernier Mackendie Toutpuissant, à la tête de la Plateforme d'associations franco-haïtiennes (PAFHA) après une rencontre avec les autorités en charge de ce dossier finit par obtenir quelques chiffres : sur les trois milles dossiers déposés pour être instruits, cinq cents visas ont été délivrés au titre du regroupement familial selon l'ambassadeur de France à Haïti. Depuis les difficultés demeurent et pour pallier l'absence de documents d'état civil officiels, une série de papiers est exigée : la première déclaration de naissance, un certificat de baptême délivré par un prêtre et un document provenant des archives nationales. Des pièces impossibles à fournir vu l'état chaotique de l'administration du pays.

    Partir à tout prix

    Face aux difficultés pour obtenir ce ticket au départ certains désespérés ont tenté de quitter leur pays sans le précieux sésame. En décembre dernier, alors qu'un accueil enthousiaste et médiatisé était réservé à plusieurs centaines d'enfants adoptés par des familles françaises, 75 étudiants haïtiens en situation irrégulière débarquaient en France. En transit, munis d'un visa pour le Bénin, ils se sont vu refuser l'entrée sur le territoire. D'abord maintenus en zone d'attente aux aéroports d'Orly et de Roissy, ils ont finalement obtenu, après une bataille juridique, l'autorisation d'entreprendre des démarches administratives.

    Marie-Gerda, 24 ans, étudiante, faisait partie de ce groupe d'Haïtiens. Elle a abandonné sa petite fille âgée seulement de 2 ans à l'une de ses voisines en Haïti. Pour elle, venir en France était une simple question de survie. « Je rêve que ma fille puisse me rejoindre », déclare-t-elle sans toutefois croire à de prochaines retrouvailles. Marie-Gerda vient en effet de déposer une demande d'asile. Une démarche compliquée, qui va prendre de longs mois avant d'aboutir.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.