GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Nouveau rebondissement dans l’affaire Cesare Battisti

    media

    La présidente brésilienne a officiellement répondu au président italien, qui lui demander de revenir sur la décision de l’ancien président Lula de ne pas extrader l’ancien membre des Brigades rouges. Dans sa lettre, Dilma Roussef défend fermement la position du Brésil, tout en s'en remettant à la décision des juges du Tribunal supérieur fédéral que l'on attend pour début février.

    Avec notre correspondant à Rio de Janeiro, François Cardona

    La présidente brésilienne reste ferme et ne plie pas face aux pressions italiennes. Dans la lettre qu’elle a adressée au président italien, Dilma Roussef insiste: l’ancien président Lula, lorsqu’il a décidé de ne pas extrader Cesare Battisti, s'est appuyé sur des arguments juridiques, et non pas sur des jugements de valeur sur le système judiciaire italien.

    Dilma Roussef dit certes regretter les frictions dans les relations italo-brésiliennes que cette décision a pu causer. Mais elle laisse in fine aux juges du Tribunal supérieur fédéral la décision d'extrader ou non Battisti.

    Après la grave crise diplomatique entre le Brésil et l’Italie qui avait suivi l’annonce du président Lula, Dilma Roussef tache donc de ne pas désavouer son mentor, tout en prenant de la distance avec l’affaire.

    Or le gouvernement italien mise justement sur une décision favorable du Tribunal supérieur fédéral. Il y a un an en effet, les juges avaient décidé d’extrader Battisti, avant de s’en remettre au président Lula, qui n’avait pas suivi leur avis. Et il y a 15 jours, le président du même Tribunal a implicitement critiqué la décision de Lula, déclarant que son Tribunal se gardait le droit de juger illégal le séjour, sur le territoire brésilien, de l’ancien membre des Brigades rouges.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.