GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 23 Novembre
Dimanche 24 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Bolivie: le gouvernement intérimaire proteste contre des activités de Morales au Mexique
    • Donald Trump souhaite l'ouverture d'un procès en destitution au Sénat (Maison Blanche)
    Amériques

    La justice cubaine requiert vingt ans de prison contre l'Américain Alan Gross

    media Robert Gibbs, porte-parole de la Maison Blanche, le 20 décembre 2010. REUTERS/Jim Young

    La Maison Blanche a vivement condamné vendredi 4 février 2011, la décision de Cuba de requérir 20 ans de prison contre Alan Gross, citoyen américain accusé d’espionnage et arrêté en 2009. « Il a été injustement emprisonné et privé de sa liberté au cours des 14 derniers mois », a indiqué le porte-parole de la Maison Blanche, Robert Gibbs, qui a demandé sa mise en liberté immédiate.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    Alan Gross qui est âgé de 61 ans avait été arrêté à Cuba en décembre 2009, alors qu’il effectuait une mission pour l’Agence américaine pour le développement international. Il avait apporté des téléphones portables et des ordinateurs à la communauté juive cubaine pour lui permettre de pouvoir mieux communiquer avec l’extérieur. Les autorités cubaines l’avaient appréhendé l’accusant de fournir du matériel sophistiqué aux opposants.

    Emprisonné depuis 14 mois sans inculpation, le sous-traitant du département d’Etat risque 20 ans de prison pour « atteinte à l’indépendance ou à l’intégrité territoriale de l’Etat ». Le porte-parole de la Maison Blanche, Robert Gibbs, a condamné la décision de La Havane qui, a-t-il dit, ne fait qu’aggraver l’injustice dont Alan Gross a déjà souffert, et il a demandé sa mise en liberté immédiate.

    Le département d’Etat a lui aussi déploré l’annonce de Cuba, rappelant que Gross, décrit comme un spécialiste en développement international, n’avait jamais été inculpé, contrairement aux obligations internationales en matière de droits de l’homme.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.