GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Manifestations contre la loi Travail: à l'ouest du pays, les ponts de Normandie et de Tancarville bloqués
    • Energie: le baril de Brent au-dessus de 50 dollars pour la première fois de l'année
    Amériques

    Aux Etats-Unis, les Républicains élisent Ron Paul comme candidat favori à la présidentielle de 2012

    media

    Pour la deuxième année consécutive, les électeurs républicains, réunis en congrès lors de leur conférence annuelle à Washington, ont élu Ron Paul, comme candidat favori à la présidentielle de 2012. Un choix qui s’est exprimé lors d’un vote informel jeudi 10 et vendredi 11 février 2011, et qui traduit de profondes divisions au sein des conservateurs américains.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    Au grand embarras des organisateurs du congrès, c’est le libertaire Ron Paul qui arrive en tête avec 30% des suffrages, distançant de sept points Mitt Romney, plus connu. Agé de 76 ans, Ron Paul, représentant du Texas, s’était déjà présenté en 2008 mais avait été écarté lors des primaires.

    Opposé aux interventions militaires américaines à l’étranger, il séduit les jeunes et ses attaques contre le rôle du gouvernement dans la vie des Américains ravit la mouvance Tea Party. Bien que la politique étrangère n’ait occupé que peu de place lors du congrès, Ron Paul a souhaité une nouvelle fois la fin de l’aide à l’étranger.

    « Des tas de gens demandent : que devrions-nous faire maintenant pour aider le prochain dictateur de l’Egypte? Et je leur répondrai : nous devrions faire le moins possible, le plus tôt possible, et pas seulement en Egypte, mais dans le monde entier».

    Pendant trois jours, les 11 000 militants ont écouté nombre de ceux qui ont des ambitions présidentielles, y compris Donald Trump, mais qui, cette année, tardent à annoncer leur candidature. Thème commun de leurs discours : un gouvernement plus petit, moins dépensier et moins d’impôts. Grande absente du congrès, Sarah Palin, arrivée neuvième dans le sondage avec 2% des voix seulement. Elle vient toutefois d’engager un fin stratège, Michael Glassner, ce qui pourrait être le signe qu’elle envisage de se présenter.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.