GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 7 Décembre
Vendredi 8 Décembre
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    De Bahreïn à la Libye, Washington assure soutenir le vent des réformes

    media

    Deux membres de l’administration Obama appuient les réformes au Moyen-Orient. Hillary Clinton sur ABC, et Susan Rice, l’ambassadrice américaine à l’ONU sur NBC, ont encouragé les gouvernements du Moyen-Orient à avancer dans les réformes demandées par les manifestants de la Libye à Bahreïn. Washington pointe le danger d’un détournement du vent de révolte, tout en écartant toute idée de contradiction dans l’exercice de sa diplomatie.
     

    Avec notre correspondent à Washington, Jean-Louis Pourtet


    Hillary Clinton a souhaité sur la chaîne ABC que Bahreïn reprenne les réformes qu’il avait entrepris et a qualifié d’inacceptable les récentes violences. Reconnaissant les limites de l’influence des Etats-Unis sur ce qui est entrain de se passer au Moyen-Orient, elle a déclaré que si les Américains étaient en faveur de la démocratie pour tous, celle-ci parfois pouvait être détournée. « Le processus peut-être piraté par des éléments intérieurs ou extérieurs n’importe où. Quelle tragédie de voir ce qui s’est passé en Iran. La révolution avait fait naître tant d’espoir en 1979. Et regardez ce que l’Iran est devenu aujourd’hui... », dit-elle.

    Susan Rice, représentante des Etats-Unis à l’ONU, a pour sa part sur NBC, exprimé l’inquiétude de Washington face à la répression des manifestants par le gouvernement libyen. Elle a par ailleurs rejeté la critique selon laquelle l’administration Obama traitait différemment les régimes qui font face à des soulèvements populaires : « Le message est le même: pas de violence, le respect du droit universel à se rassembler, manifester, s’exprimer, former des organisations politiques, et avancer dans les réformes », a t-elle énumérée.

    La diplomate américaine ne voit pas de contradiction à ce que les Etats-Unis appellent à des réformes tout en maintenant un partenariat avec leurs alliés tels que l’Egypte ou Bahreïn.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.