GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Argentine : ouverture du procès de la junte et de ses «bébés volés»

    media Le dernier chef de la junte, Reynaldo Bignone (à gauche), et le dictateur Jorge Videla (2ème à gauche) sont sur le banc des accusés pour le vol de bébés, à Buenos Aires, le 28 février 2011. AFP/JUAN MABROMATA

    En Argentine s’est ouvert le 28 février un nouveau procès contre des responsables de la dictature des années 1970. Sur le banc des accusés, le premier chef de la junte, l’ex-général Jorge Videla, aujourd’hui âgé de 85 ans et déjà condamné à perpétuité à deux reprises ; Avec cinq autres co-inculpés, il doit répondre pour un crime particulièrement horrible : l’existence d’un plan systématique de vol de bébés nés durant la captivité de leurs parents. Récit d’audience.

    Avec notre correspondant à Buenos Aires, Jean-Louis Buchet

    C’est dans un climat de grande tension que les inculpés, menottes au poing, ont pris place sur le banc des accusés. Dans la salle, des proches des victimes, des survivants des camps de la mort et des militants de droits de l’homme.

    À l’étage, les familles des accusés. L’ancien dictateur Jorge Videla est entré le premier, suivi par le dernier chef de la junte Reynaldo Bignone. Derrière eux, trois autres anciens militaires, et un civil, José Luis Magnacco, le médecin de l’École de mécanique de la marine, le plus important centre de détention de la dictature.

    La première journée de ce procès, où le Ministère public entend prouver l’existence d’un plan systématique de séquestration et de changement d’identité d’enfants nés de patents détenus, a été consacrée à la lecture de l’acte d’accusation. Le procureur a montré comment s’organisait le vol des bébés, avec des maternités clandestines installées dans les centres de détention où les mères, pour la plupart aujourd’hui, disparues, accouchaient les yeux bandés.

    Les enfants naissaient sous X ou avec de faux certificats de naissance et d’abandon, pour être ensuite confiés à des familles adoptantes proches des militaires. 500 bébés auraient subi ce sort dont 102 ont recouvré leur véritable identité aujourd’hui. Certains d’entre eux, dont la députée Victoria Donda, ont tenu à assister à l’ouverture de ce procès historique.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.