GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le modèle économique de Facebook et Google est une «menace» pour les «droits humains», selon Amnesty
    • Séisme de magnitude 6,1 dans le nord-ouest du Laos
    Amériques

    Au Pakistan , l'Américain Raymond Davis libéré contre 1,7 millions d'euros

    media Des membres du consulat américain quittent la prison de Kot Lakhpat à Lahore où ils ont assisté au procès de Raymond Davis, le 16 mars 2011. REUTERS/Mohsin Raza

    Coup de théâtre au Pakistan : l'Américain de la CIA Raymond Davis, poursuivi pour le meurtre de deux hommes, a été libéré ce mercredi 16 mars 2011 contre le « prix du sang », une compensation aux familles prévue par la loi islamique, soit 1,7 million d'euros selon le procureur. Un jugement susceptible d'apaiser les relations entre Islamabad et Washington mais aussi d'enflammer une opinion publique très anti-américaine qui réclamait que l'espion américain soit jugé, voire pendu.

    Avec notre correspondante à Islamabad, Nadia Blétry

    Les familles des deux hommes que Raymond Davis a tués par balles fin janvier dans les rues de Lahore ont donc accordé leur pardon à l’Américain employé par la CIA. Les Etats-Unis ont versé un dédommagement de plus d’un million et demi d’euros aux proches des victimes et, selon la loi islamique, la justice a donc été rendue. Raymond Davis est libre de quitter le pays.

    Le verdict est tombé ce mercredi 16 mars 2011 lors d’une audience qui s’est déroulée à huis clos dans la prison ultra surveillée où était incarcéré l’Américain depuis plusieurs semaines. Cette décision de justice devrait calmer les vives tensions qui ont opposé Washington et Islamabad, pourtant alliés dans la guerre contre le terrorisme depuis fin 2001.

    Les Etats-Unis exigeaient l’extradition de leur ressortissant qu’ils disaient couvert par l’immunité diplomatique. La libération de Raymond Davis, si elle normalise les relations entre les deux Etats, devrait néanmoins attiser le sentiment anti-américain qui a cours au Pakistan et dont profite les religieux radicaux qui demandent depuis fin janvier que Raymond Davis soit pendu.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.