GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    A Cuba, les deux derniers détenus du «Printemps noir» sont libres

    media Felix Navarro Rodriguez en compagnie de sa famille, un des derniers prisonniers politiques libérés à Cuba, le 23 mars 2011 marcmasfer.com

    Les deux derniers dissidents du «Printemps noir» cubain ont été libérés mercredi 23 mars 21011. Ils étaient en prison depuis 2003. Le régime cubain a donc mis fin à un processus de libérations de prisonniers politiques entamé il y a neuf mois. 

    José Ferrer et Felix Navarro sont libres. Les deux hommes étaient prison depuis 2003, depuis le « Printemps noir » cubain, où un groupe de 75 dissidents avait été arrêtés, et condamnés de façon très expéditive à des peines allant de 6 à 28 années d'emprisonnement.

    A l'époque, cette vague de répression du régime castriste avait soulevé l'indignation un peu partout dans le monde, et l'Union européenne par exemple avait pris ses distances avec la Havane. Puis rien ne s'était vraiment passé jusqu'au décès l'année dernière d'Orlando Zapata. Cet opposant est mort en prison alors qu'il avait entamé une grève de la faim.

    Processus de médiation inédit

    Pour calmer les esprits, les autorités décident de libérer, pour raison de santé, certains opposant du groupe des 75. Statu quo en revanche pour 52 autres détenus qui restent derrière les barreaux. L'Eglise catholique cubaine engage alors avec le régime un processus de médiation inédit et obtient un accord. La libération du reste des prisonniers en échange d'un exil vers l'Espagne ou les Etats Unis.

    Certains opposant ont refusé de quitter leur pays, leur élargissement a donc pris plus de temps. Aujourd'hui, tous les dissident du printemps noir sont libres.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.