GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    A Cuba, Raul Castro veut limiter le nombre de mandats à la tête du pays

    media Raul Castro lors de son discours d'inauguration du 6e Congrès du parti unique cubain, le 16 avril 2011. REUTERS/Enrique De La Osa

    C'est peut-être l'un des plus importants sommets du Parti communiste cubain depuis sa création en 1975. Les membres du mouvement sont réunis en Congrès pour la première fois depuis 14 ans. Une réunion qui doit tourner autour des questions économiques et qui pourrait entraîner l'adoption de réformes radicales. Dans son discours d'ouverture, le président Raul Castro a d'ailleurs proposé de limiter le nombre de mandats à la tête du pays.

    Avec notre envoyée spéciale à La Havane,

    Raul Castro n’a notoirement ni le talent, ni l’endurance oratoire de son aîné Fidel. Revêtu d’une blanche guayabera, la chemise typique, il a pourtant offert aux 1 000 délégués du Parti communiste, et au-delà à tous les Cubains, un discours de deux heures et demie.

    Il n’en fallait peut être pas moins pour répondre aux angoisses montrées par ce que le président a appelé une consultation démocratique : le débat public organisé pendant trois mois sur les réformes en cours. Un débat qui a révélé comme thème le plus sensible, la suppression programmée de la libreta, le carnet de produits subventionnés grâce auquel les familles cubaines se procurent depuis deux générations des aliments de base.

    Sans revenir sur ce projet, Raul Castro a voulu rassurer. « A Cuba, sous le socialisme, il n’y aura jamais d’espace pour les thérapies de choc contre les plus défavorisés. La révolution ne laissera aucun Cubain sans protection ».

    Reconnaissant insuffisances et erreurs dans la gestion passée, Raul Castro a prôné plus de décentralisation, la responsabilité des hauts cadres prochainement élus et une limitation de leur mandat à deux fois cinq ans. Il a enfin dénoncé l’embargo américain qui, à l’en croire, se serait encore intensifié avec Barack Obama.

    Reportage : Grand défilé militaire en prélude au Congrès du parti unique 17/04/2011 Écouter

    Le défilé en images

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.