GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Obama face au dilemme syrien

    media Le président américain Barack Obama Reuters

    La répression de la journée du 22 avril en Syrie a provoqué de nombreuses réactions. Barack Obama condamne le «recours révoltant à la violence», mais le président américain ne s'engagera sans doute pas plus. De son côté, le Parlement européen juge ces violences «inacceptables», alors que la France demande aux autorités syriennes de «renoncer à l'usage de la violence contre leurs citoyens». Plus de 70 personnes ont été tuées par balle  vendredi en Syrie dans la dispersion d'imposantes manifestations. C'était l'une des journées les plus sanglantes depuis le début du mouvement contre le président Bachar el-Assad.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    Même si Barack Obama a pour la première fois durci le ton à l’égard de Bachir el-Assad, il est peu probable qu’il aille au-delà d’une admonestation sévère. De plus, il ne dispose d’aucun levier de pression important sur Damas, déjà puni par les Etats-Unis pour son appui aux terroristes.

    L’an dernier, dans l’espoir d’améliorer les relations, il a fait un geste en nommant un ambassadeur, retiré en 2005 après l’assassinat du Premier ministre libanais, Rafik Hariri. Il n’a pas été payé de retour. L’une des raisons pour lesquelles Washington prend des gants avec le raÎs syrien, c’est que sa chute, comme l’explique le Washington Post, pourrait avoir des conséquences négatives pour divers pays de la région.

    Israël se satisfait du statu quo sur les hauteurs du Golan. La Turquie ne veut pas d’un autre mouvement séparatiste des kurdes de Syrie. Le Liban redoute l’arrivée d’un gouvernement islamiste, et l’Arabie saoudite, en dépit de ses problèmes avec Assad et son allié l’Iran, craint que si les manifestants l’emportent, cela n’encourage ses propres opposants à organiser un soulèvement.

    Faute de savoir qui pourrait remplacer l’actuel président, la Maison Blanche préfère donc pour le moment traiter avec un dictateur qu’elle connait qu’avec un régime inconnu qui pourrait compliquer la situation dans la région.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.