GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Washington et Londres justifient le bombardement du bureau de Kadhafi, à Tripoli

    media Le secrétaire de la Défense américain, Robert Gates. Le secrétaire de la Défense américain, Robert Gates. (Photo : AFP)

    Les ministres américain et britannique de la Défense se sont rencontrés le 26 avril à Washington. Et pour Robert Gates comme pour Liam Fox, le QG du colonel Kadhafi est une cible légitime. Le 25 avril à Tripoli, le bureau du colonel Kadhafi, situé dans sa résidence du secteur de Bab al-Aziziya, a été totalement détruit par une frappe aérienne de l'Otan. Les autorités libyennes ont qualifié cette attaque de «tentative d’assassinat » du Guide politique libyen.

    Avec notre correspondant à Washington, Raphaël Reynes

    « Les centres de contrôle et de commandement sont des cibles légitimes. Nous en avons détruit ailleurs ». Pour Robert Gates, le bombardement qui a totalement rasé le bureau du colonel Kadhafi, lundi à Tripoli, n’a rien d’illégitime. Ce n’est pas le dirigeant libyen lui-même qui était visé, précise le secrétaire d’Etat, mais le lieu d’où sont commandées les forces du colonel Kadhafi. A ses côtés, Liam Fox acquiesce.

    Quelques instants plus tard, le ministre britannique de la Défense est interrogé sur l’attitude de la communauté internationale envers le président syrien. Y’aurait-il deux poids, deux mesures, interroge un journaliste ?

    « Nous ne pouvons pas tout faire à la fois, rétorque Liam Fox. Et nous devons reconnaitre qu’il y a des limites pratiques à ce que nos pays peuvent faire », ajoute le ministre. Cette fois, c’est Robert Gates qui opine du chef.

    Les deux hommes condamnent fermement la violente répression des manifestations par le régime de Bachar el-Assad. Mais pour l’instant, leurs deux pays s’accordent à privilégier la voie diplomatique.

    --------------

    Le président américain Barak Obama a ordonné le déblocage d'une aide de 25 millions de dollars pour les insurgés libyens. Une aide qui avait été annoncée la semaine dernière. Des responsables américains avaient indiqué qu'elle pourrait comprendre notamment des véhicules ainsi que des équipements médicaux ou encore des gilets pare-balles.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.