GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Le meurtrier du ministre de la Défense de l’ex-président chilien retrouvé assassiné

    media Enrique Arancibia Clavel, condamné pour le meurtre de l’ancien ministre la Défense de Salvador Allende, Carlos Prats et de son épouse. REUTERS/Stringer/Files

    Assassinat d'un assassin : Enrique Arancibia Clavel, ancien membre de la DINA, la police secrète chilienne de Pinochet, a été poignardé jeudi 28 avril 2011 à son domicile de Buenos Aires, en Argentine, où il vivait en liberté conditionnelle. Il est connu comme l'auteur de l'attentat à la voiture piégée qui a tué en 1974 l'ancien ministre de la Défense de Salvador Allende, Carlos Prats et son épouse.

    C'est un filleul d'Enrique Arancibia Clavel qui a découvert le corps, lardé par plus de 15 coups de poignards, au cou, au thorax, et dans le ventre. Selon l'avocat de la co-propriété où il résidait, le coffre-fort de son appartement, riche en dollars et en pesos, n'a pas été forcé, ce qui semble donc écarter l'hypothèse d'un crime crapuleux.

    Emprisonné en 1996, Enrique Arancibia Clavel avait été condamné à la prison à perpétuité par la justice argentine en 2000 pour l'assassinat de l'ancien ministre chilien de la Défense, Carlos Prats, et de son épouse à Buenos Aires le 30 septembre 1974 dans le cadre de l'opération Condor. En 2004, il avait également écopé de 12 ans de prison pour séquestration et torture.

    Enrique Arancibia Clavel bénéficiait depuis 2007 d'une mesure de liberté conditionnelle mais ses démêlés judiciaires n'étaient pas terminés. La justice chilienne n'avait pas renoncé à le juger pour sa participation à des actes de torture dans des camps de prisonniers politiques. Et en France, il avait été condamné en décembre dernier à 25 ans de prison pour la disparition de quatre Français au Chili dans les années 1970.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.