Les circonstances de la mort de ben Laden - Amériques - RFI

 

  1. 18:10 TU Grand reportage
  2. 18:30 TU Sessions d'information
  3. 19:00 TU Journal
  4. 19:10 TU La bande passante
  5. 19:30 TU Journal
  6. 19:40 TU La bande passante
  7. 20:00 TU Journal
  8. 20:10 TU Couleurs tropicales
  9. 20:30 TU Journal
  10. 20:33 TU Couleurs tropicales
  11. 21:00 TU Journal
  12. 21:10 TU Accents d'Europe
  13. 21:30 TU Journal
  14. 21:33 TU Danse des mots
  15. 22:00 TU Sessions d'information
  16. 22:30 TU Sessions d'information
  17. 23:00 TU Journal
  18. 23:10 TU Autour de la question
  19. 23:30 TU Journal
  20. 23:33 TU Autour de la question
  21. 18:10 TU Grand reportage
  22. 18:30 TU Sessions d'information
  23. 19:00 TU Journal
  24. 19:10 TU La bande passante
  25. 19:30 TU Journal
  1. 18:10 TU Grand reportage
  2. 18:30 TU Sessions d'information
  3. 19:00 TU Journal
  4. 19:10 TU Décryptage
  5. 19:30 TU Journal
  6. 19:40 TU Débat du jour
  7. 20:00 TU Journal
  8. 20:10 TU Couleurs tropicales
  9. 20:30 TU Journal
  10. 20:33 TU Couleurs tropicales
  11. 21:00 TU Journal
  12. 21:10 TU Radio foot internationale
  13. 21:30 TU Journal
  14. 21:33 TU Radio foot internationale
  15. 22:00 TU Sessions d'information
  16. 22:30 TU Sessions d'information
  17. 23:00 TU Journal
  18. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  19. 23:30 TU Journal

Dernières infos

fermer

Amériques

al-Qaïda Oussama Ben Laden Pakistan

Les circonstances de la mort de ben Laden

media

Même si des zones d’ombre persistent, les circonstances de la mort de ben Laden se sont précisées au cours de la journée, lundi 2 mai 2011. On sait désormais que le chef d'al-Qaïda a été tué d’une balle dans la tête par des forces spéciales de la marine américaine alors qu’il se trouvait dans une villa fortifiée, à 80 km au nord-ouest de la capitale pakistanaise. Son corps aurait ensuite été immergé en mer, selon des responsables américains.

Ce sont des troupes d'élite américaines, les Navy Seals (acronyme de sea, air, land soit mer, terre, air), qui ont tué d’une balle dans la tête Oussama ben Laden. Ces hommes sont employés pour des missions antiterroristes de reconnaissance ou de guerre non conventionnelle et peuvent être mis au service de la CIA comme cela a été le cas dans la nuit du dimanche 1er au lundi 2 mai pour supprimer le chef terroriste d’al-Qaïda.

« La responsabilité de l'opération revenait à Leon Panetta (le directeur de l'Agence de renseignement, ndlr) et elle a été exécutée par des Navy Seals », a indiqué à l’AFP un responsable américain. Lors de cette intervention armée, les Etats-Unis semblent avoir fait cavalier seul. Ils n’ont prévenu aucun pays ni même les autorités pakistanaises, ou du moins au dernier moment, justifiant la violation de la souveraineté nationale par « l'obligation légale et morale d'agir », selon les termes d’un haut responsable de l'administration Obama.

Il faut dire que les relations entre les services secrets américain et pakistanais s'étaient nettement tendues après la détention pendant plusieurs semaines d'un agent de la CIA qui avait tué deux jeunes Pakistanais début 2011.

Raid de 40 minutes

Cette opération n'aurait pas pu avoir lieu sans la collaboration du Pakistan
Mariam Abou-Zahar Politologue, chercheuse au Centre d'études et de recherches internationales (CERI) 10/10/2013 écouter

Le raid, qui se voulait « chirurgical », a duré 40 minutes. Il s’est déroulé dans la villa où se cachait ben Laden, à la périphérie d’Abbottabad, ville touristique abritant une académie militaire, à 80 kilomètres au nord-ouest d’Islamabad.

Occupant un terrain huit fois plus grand que les autres maisons, la résidence était surprotégée par des murs hauts de 5,5 m et des barbelés. Le seul accès possible se faisait par « deux portails sécurisés ». Ben Laden et sa famille vivaient là sans internet ni téléphone. Avant de déclencher toute intervention, les vérifications et les recoupements ont duré neuf mois.

Pour assurer l’assaut, deux à trois hélicoptères ont été envoyés sur place, transportant une « petite équipe ». Mais l’un des appareils a été perdu dans des circonstances encore non élucidées. En appui, des troupes au sol ont été également déployées.

Une fusillade a ensuite éclaté. Cinq personnes ont été tuées « peu après minuit », a précisé le ministre pakistanais des Affaires étrangères : Oussama ben Laden, l'un de ses fils, une femme et deux frères présentées comme étant les messagers que pistait la CIA. Deux femmes ont été aussi blessées.

Retransmise en direct au siège de la CIA à Langley en Virginie, l’opération s’est avérée « particulièrement dangereuse », selon des responsables américains mais aucun membre du commando n'a été touché.

Premières images diffusées à la télévision

La chaîne de télévision ABC a réussi à obtenir les premières images de la villa surprotégée dans laquelle se cachait Oussama Ben Laden et une partie de sa famille. Sur les images diffusées à la télévision on peut voir un énorme trou dans l’un des murs de cette maison, des meubles renversés, des ordinateurs au sol, un disque dur arraché. Une importante tâche de sang est également visible. Aucune précision sur la provenance de ce sang mais il pourrait s’agir de celui du chef d’al-Qaïda.

Beaucoup de Pakistanais se pose la question : pourquoi n'a t-on pas vu le corps?
Mariam Abou Zahab Politoligue. 10/10/2013 - par Sophie Malibeaux écouter

Son corps inhumé en mer

Depuis, la dépouille de ben Laden a été immergée en mer dans un lieu non précisé, selon un des responsables américains, s'exprimant sous couvert de l'anonymat. Et une cérémonie funéraire aurait eu lieu sur le pont du porte-avion américain Carl-Vinson, en mer d'Oman. Le corps du chef d'al-Qaïda a été lavé puis placé dans un linceul blanc, lui-même déposé dans un sac lesté, a encore précisé ce responsable américain. Après la lecture d'un texte religieux lu par un officier et traduit par un interprète en arabe, le corps a été basculé dans l'océan.

Dans l'après-midi, les Etats-Unis ont annoncé qu'une analyse ADN confirmait bien la mort d'Oussama ben Laden. L'échantillon, prélevé sur le corps qui avait été récupéré par les forces spéciales, a été analysé et comparé aux échantillons génétiques dont les Etats-Unis disposaient depuis longtemps. Résultats formels, indique-t-on dans l’entourage du président Obama.

La fin de 10 ans de traque

Avant même les attentats du 11 septembre 2001, Oussama ben Laden, figurait déjà sur la liste de personnes les plus recherchées. Après les attaques contre les ambassades américaines de Nairobi et Dar es Salam en 1998, les Etats-Unis avaient déjà tenté de L'éliminer en bombardant notamment le camp d'entrainement de Zawar Kili à Khost en Afghanistan. On apprenait par la suite qu'Oussama ben Laden avait quitté ce camp quelques heures plus tôt.

Ont suivi les attentats contre le World Trade Center et le Pentagone aux Etats-Unis en 2001. Sa tête était alors mise à prix pour 25 millions de dollars. La traque a continué, toujours dans la même région dans l'est de l'Afghanistan à la frontière avec le Pakistan. En décembre 2001, les américains bombardent massivement les montagnes de Tora Bora, les forces spéciales fouillent les caches et les grottes d’al-Qaïda. Elles y trouveront des tracts, des dossiers, quelques armes mais pas Oussama ben Laden qui a eu le temps de s'enfuir.

Le leader d'al-Qaïda se cache, certainement de l'autre coté de la frontière au Waziristân, dans les zones tribales pakistanais. Ces messages vidéo se font rares, mais il continue à faire parvenir des enregistrements audio, qui sont régulièrement authentifiés par les services de renseignements occidentaux.

En 2009, le président Obama accentue la pression sur le Pakistan, et intensifie les opérations secrètes et les attaques de Drones dans ce qu'on appellera désormais la zone AFPAK (Afghanistan, Pakistan) mais alors que tout le monde cherche à la frontière, ben Laden est en fait caché à une centaine de kilomètres au nord de la capitale Pakistanaise à Abbottabad, où il a été abattu.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.