GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Barack Obama essaie de relancer la réforme de l’immigration aux Etats-Unis

    media Par sa réforme de l'immigration, Barack Obama veut permettre aux clandestins d'acquérir la nationalité américaine. Reuters

    Le président Obama a effectué mardi 10 mai 2011 sa première visite, depuis son élection, à la frontière américano-mexicaine. Il s’est rendu à El Paso au Texas pour prononcer un discours sur l’immigration, un thème qui pourrait refaire surface pendant la campagne présidentielle de l’an prochain.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    Pour Barack Obama, la réforme de l’immigration est un impératif économique. Rappelant que la plupart des grosses entreprises de hautes technologies telles que Intel, Google et Yahoo avaient été crées par des immigrants, il a souligné l’importance d’attirer en Amérique une main d’oeuvre venue d’ailleurs.

    Reconnaissant que le système est défaillant, il a proposé de le réformer. L’immigration illégale est un problème qui divise le pays. Le président américain voudrait relancer la formule que George Bush avait essayé de faire adopter mais sans succès : permettre aux 11 millions de clandestins de pouvoir légaliser leur situation en remplissant un certain nombre de conditions. Mais aux yeux des conservateurs, c’est une forme d’amnistie à laquelle ils sont totalement opposés.

    Le mur de séparation traverse la ville de Nogales (Arizona côté gauche, Mexique côté droit), un des points les plus sensibles de la frontière americano-mexicaine. Wikimedia

    Pour essayer de les amadouer, Barack Obama a signalé qu’il avait doublé le nombre des gardes-frontières pour renforcer la sécurité, modernisé l’équipement de détection et allongé le mur qui sépare les Etats-Unis du Mexique. L’allusion à cette clôture impopulaire lui a valu la seule huée durant son discours au demeurant très applaudi par un auditoire essentiellement hispanique. En choisissant El Paso, Barack Obama, dans la perspective de la présidentielle de l’an prochain, a voulu courtiser l’électorat latinoaméricain, un peu déçu qu’il n’ait pas fait plus jusqu’à présent pour la réforme migratoire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.