GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Aujourd'hui
Dimanche 26 Mai
Lundi 27 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Retour triomphal de Manuel Zelaya au Honduras

    media Manuel Zelaya (D), tenant la main de son épouse Xiomara Castro à leur arrivée à l’aéroport de Toncontin à Tegucigalpa le 28 mai 2011. REUTERS/Edgard Garrido

    Après en avoir été expulsé par l’armée manu militari et en pyjama en juin 2009, l’ex-président Zelaya est revenu au Honduras hier samedi 28 mai 2011. Ce virtuel coup d’Etat qui avait été soutenu du bout des lèvres par Washington, avait profondément divisé l’OEA, l’Organisation des Etats américains, et avait plongé le Honduras dans un isolement international.

    Avec notre correspondant à Mexico, Patrice Gouy

    Une marée humaine de sympathisants, vêtus de chemises rouges, l’uniforme de nombreux partis progressistes d’Amérique latine, s’est pressée à l’aéroport pour venir accueillir le président Manuel Zelaya. Chapeau blanc, chemise largement ouverte, l’ancien président expulsé par l’armée en juin 2009, a fait un retour triomphal au Honduras.

    Accompagné de sa femme Xiomara Castro et de ses deux enfants, l’ancien président a regagné son pays après deux ans d’exil grâce à l’accord signé par le président du Honduras, Porfirio Lobo, dimanche dernier dans la ville de Carthagène, sous les auspices des présidents de Colombie et du Venezuela.

    Ce retour organisé et soutenu par de nombreux pays de l’organisation des Etats américains comme le Panama, le Brésil, l’Argentine, la Bolivie, l’Equateur, la Colombie et Saint Domingue, est une manière pour ces pays d’exprimer leur profond désaccord sur le coup d’Etat qui a permis d’évincer l’ancien président Zelaya de la présidence.

    Pour montrer que le passé appartenait au passé, le président Porfirio Lobo a invité son prédécesseur à un repas au palais présidentiel.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.