GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 24 Octobre
Mercredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    La Cour suprême brésilienne refuse d'extrader Battisti et décide de le libérer

    media

    La Cour suprême du Brésil a confirmé la décision de l'ancien président Lula de ne pas extrader Cesare Battisti vers l'Italie. Les neuf juges ont non seulement refusé l'extradition de l'ex-activiste italien d'extrême gauche, emprisonné au Brésil depuis 4 ans, mais ils ont aussi ordonné sa libération. C'est un nouveau désaveu pour Rome. Le gouvernement italien parle lui d'énième humiliation pour les familles de victimes, et d'une gifle aux institutions italiennes.

    Avec notre correspondant à Rio de Janeiro, François Cardona

    Sur l’esplanade en face de la Cour suprême, les partisans de Cesare Battisti laissent exploser leur joie. Son avocat, maître Barroso, ne cherche pas à dissimuler son sourire.
    Une soirée mouvementée ! 10/10/2013 - par François Cardona Écouter

    Après un long débat, parfois houleux entre les juges, une majorité de six votes contre 3 a fini par l’emporter. La Cour suprême brésilienne a donc décidé de respecter la décision prise par l’ex-président Lula au dernier jour de son mandat, le 31 décembre dernier. Décision donc de ne pas extrader Cesare Battisti.

    Immédiatement, des cris de joie ont retenti chez ses partisans, rassemblés sur l’esplanade devant le Tribunal suprême fédéral, à Brasilia, où pendant les quelque cinq heures qu’ont duré les discussions, les membres de son comité de soutien sont restés postés.

    Le président de la Cour suprême, qui s’est déclaré contre cette libération, mais qui a dû respecter le vote de la majorité, a déjà signé l’ordre de libération de Cesare Battisti. Logiquement, après quasiment quatre ans d’incarcération, l’ex-membre des Brigades rouges devraient donc sortir de prison ce jeudi 8 juin dans la journée. Reste que tous les problèmes de Cesare Battisti ne seront pas réglés pour autant. Arrêté à Rio de Janeiro en 2007, il avait à l’époque de faux papiers et résidait dans le pays sans visa.

    Et si Rome a aussitôt réagi par la voix de la ministre italienne de la Jeunesse, qui a dénoncé ce refus comme étant l'« énième humiliation » pour les victimes. Le sénateur Edouardo Supplici, chef de file des soutiens à Cesare Battisti au Brésil a, lui, exprimé plutôt sa satisfaction.

    Ses droits viennent d’être enfin reconnus (...). Il aura la possibilité et les moyens de faire la lumière et de prouver qu’il n’a commis aucun des assassinats pour lesquels il a été condamné à la prison à perpétuité.
    Le sénateur Edouardo Supplici Chef de file des soutiens à Cesare Battisti au Brésil. 10/10/2013 - par François Cardona Écouter

    Cesare Battisti a été condamné par contumace en Italie, à la prison à perpétuité, pour quatre meurtres et tentatives de meurtre dans les années soixante-dix. Des crimes qu'il a toujours niés.

    Je pense que c'est une erreur. Une erreur contre la Constitution du Brésil.
    Francisco Rezek Ancien ministre brésilien de la Justice. 10/10/2013 - par Michèle Gayral Écouter

    L’Italie est en colère

    Pour Rome, Cesare Battisti doit purger sa peine de prison en Italie. Il a été condamné il y a dix-huit ans à la perpétuité pour quatre meurtres et tentatives de meurtre commis dans les années 1970.

    Avec notre correspondante à Rome, Anne le Nir

    Après la décision du président brésilien Lula qui avait décidé le dernier jour de son mandat présidentiel de ne pas extrader Cesare Battisti, c’est la gifle la plus cinglante que reçoit l’Italie du Brésil. On le constate en lisant les titres des quotidiens italiens en ligne, orientés à droite, au centre ou à gauche, tous mettent en exergue les mots « offense » ou « humiliation ».

    La première réaction officielle a été celle de la ministre de la Jeunesse, Giorgia Meloni, qui dénonce une « énième humiliation pour les familles des victimes ». Elle assure que le gouvernement fera tout ce qui est en son pouvoir, y compris au sein de l’Union européenne pour « qu’un vulgaire assassin, condamné à la prison à perpétuité pour quatre homicides perpétrés à la fin des années 1970, puisse enfin payer sa dette envers le peuple italien », ce que vient de confirmer aussi Silvio Berlusconi ce matin.

    Il faut dire comme l’a rappelé à maintes reprises le juge Armando Spataro qu’en Italie, Cesare Battisti ne peut être considéré comme un ancien extrémiste persécuté pour ses idées politiques, mais comme un criminel de droit commun qui s’est politisé en prison, devenant responsable par la suite de vols à main armée, coups et blessures et assassinats. Et ce juge qui s’est occupé des phases initiales du cas Battisti de souligner que ce dernier n’a pas été condamné par la justice italienne seulement à cause des accusations d’un repenti, mais aussi grâce à de nombreux témoignages et aux collaborations successives d’anciens terroristes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.