GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Barack Obama intraitable avec les agents qui ne tiennent pas leur langue

    media Depuis l’arrivée de Barack Obama au pouvoir en 2009, cinq agents des services secrets ont été poursuivis pour avoir laissé filtrer des informations. AFP PHOTO/Mandel NGAN

    Aux Etats-Unis, pour la cinquième fois depuis que Barack Obama est arrivé au pouvoir, un agent des services secrets est poursuivi pour avoir laissé filtrer des informations dans la presse. Cinq agents en trois ans, c'est presque deux fois plus que sous tous les autres présidents réunis puisque seulement trois agents secrets seulement avaient été poursuivis pour les mêmes motifs.

    Stefen Kim, un Américain d'origine coréenne, était chargé d'évaluer le programme nucléaire nord-américain pour le compte de la CIA. C'était un homme secret, mettant en garde ses collaborateurs contre les fuites.

    Jusqu'en mars 2009, date à laquelle le service de presse de la CIA lui demande de rencontrer un journaliste de Fox News. Les deux hommes se lient d'amitié, échange des mails et des informations.

    En juin 2011, Fox News sort une information exclusive : sanctionnée pour ses essais nucléaires, la Corée du Nord a décidé de répondre... par d'autres essais nucléaires. Deux mois plus tard Stefen Kim est identifié comme la source de la fuite et arrêté.

    C'est le cinquième agent ainsi poursuivi par la justice depuis l'arrivée de Barack Obama au pouvoir. Un record absolu. Il faut dire que c'est aussi la première administration confrontée à la puissance de sites tels que WikiLeaks qui ont pour credo, la liberté d'information absolue. Au risque de mettre en danger, les relations diplomatiques ou la sécurité d'un pays.

    Il faudrait changer la loi et introduire l'idée que l'on puisse contester la nécessité de classifier des documents pas forcément cruciaux estime un juriste mais qui ajoute aussitôt qu'elle ne pourra pas être modifiée dans le contexte actuel. Alors en attendant, la justice américaine poursuit les agents trop bavards et les sites d'information trop transparents.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.