GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Argentine : Cristina Kirchner choisit son ministre de l'Economie comme colistier pour la prochaine présidentielle

    media La présidente argentine Cristina Fernandez Kirchner et son colistier Amado Boudou pour la présidentielle d'octobre prochain. 25 juin 20011, Buenos Aires, Argentine. REUTERS/Handout-Presidency

    Plus d’incertitude en Argentine pour la présidentielle d’octobre 2011. La présidente péroniste Cristina Fernández de Kircher, largement en tête dans les sondages, et qui avait annoncé cette semaine qu’elle serait candidate à sa réélection, a dévoilé samedi soir le nom du candidat à la vice-présidence avec qui elle se présentera. Ce sera Amado Boudou, l’actuel ministre de l’Economie

    Avec notre correspondant à Buenos Aires, Jean-Louis Buchet

    « Notre ministre de l’Economie, Amado Boudou, est l’homme qui va m’accompagner pour que, ensemble, nous nous soumettions à la considération de la volonté populaire », a annoncé Cristina Fernández de Kirchner. Avec Amado Boudou comme colistier, la présidente argentine a fait le choix d’un homme jeune – 47 ans – à l’ascension fulgurante.

    Les Argentins le découvrent en octobre 2008, quand il présente, avec la présidente, un projet de nationalisation des fonds de retraite privés. Il est alors à la tête de la sécurité sociale et c’est lui qui a proposé cette mesure, considérée par Cristina Fernández comme la plus importante de son mandat.

    Nommé ministre de l’Economie en juillet 2009, il fait preuve d’une loyauté sans faille à l’égard de la chef de l’Etat. Une qualité essentielle aux yeux de Cristina Fernández, qui a été lâchée par son actuel vice-président, Julio Cobos, en 2008, quand elle voulait imposer de nouvelles taxes aux producteurs agricoles.

    Issu du centre droit, Amado Boudou n’est pas un homme d’appareil : sa désignation témoigne aussi de la volonté de Cristina Fernández de marquer son autonomie par rapport au parti péroniste.

    Détenteur de la double nationalité argentine et française, Boudou est tout naturellement appelé « Aimé » par ses proches. S’il a abandonné le groupe de rock de ses années d’université, il joue encore de la guitare électrique devant des cercles restreints. Cible des critiques de l’opposition, il jouit d’une popularité certaine parmi la jeunesse.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.