GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    River Plate : l'Argentine a aussi ses hooligans, les «barras bravas»

    media Les supporters du River, et notamment les «barras bravas» n'ont pas supporté l'humiliation de la relégation de leur club, 33 fois déjà champion des clubs argentins Reuters/Enrique Marcarian

    Imagine-t-on Barcelone ou le Real Madrid descendre en deuxième division ? C’est un peu ce qui est arrivé en Argentine où, suite à son match nul (1-1) en barrage face au Belgrano de Córdoba, River Plate, le club le plus titré du pays a été condamné à la relégation. A l’issue du match, de violents incidents ont éclaté posant de nouveau la question du contrôle des «barras bravas», les hooligans argentins.

     

    Avec notre correspondant à Buenos Aires, Jean-Louis Buchet

    Les incidents qui ont eu lieu dimanche 26 juin 2011 au soir aux alentours du stade Monumental et dans une partie des installations du club River Plate étaient prévisibles. River jouait un des matchs les plus difficiles de son histoire, avec à la clé, le risque de descendre en deuxième division pour la première fois en 110 ans. Et c’est-ce qui est arrivé.

    Or River, indiscutablement l’un des plus grands clubs du pays, compte aussi parmi ses très nombreux supporteurs, des groupes particulièrement violents. Tous les clubs argentins ont leurs «barras bravas», ces hooligans qui sont la plaie du football local. Ceux de River sont les plus organisés et, souvent, les plus dangereux. Dimanche soir, ils sont entrés en action dès la fin de la partie, attaquant les forces de sécurité et entraînant derrière eux des jeunes excités.

    Résultat, deux heures durant, plusieurs centaines de personnes ont brûlé des voitures et saccagé des magasins aux abords du stade, ainsi que le hall d’entrée du club. Le calme revenu, l’heure est aux questions. Alors qu’un dispositif de sécurité sans précédent avait été mis en place, et que les «barras bravas» sont connus des autorités, on comprend mal que les forces de l’ordre aient été débordées pendant plus d’une heure et qu’elles n’aient pas mieux protégé, en tout cas, les installations du club.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.