GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 11 Juillet
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Lancement d'Atlantis, dernière mission d'une navette spatiale américaine

    media La navette Atlantis avant son dernier décollage, le 7 juillet 2011, de Cap Canaveral en Floride (USA). Reuters/Molly Riley

    C'est la fin d’un rêve : la Nasa a procédé ce 8 juillet 2011 au dernier lancement d’Atlantis, l’ultime lancement d’une navette spatiale américaine. Atlantis entame une mission de 12 jours avec quatre astronautes à bord, en route vers la Station spatiale internationale (ISS). A la fin de cette mission, Atlantis ira au musée en compagnie de Discovery et d’Endeavour. La fin d’une époque !

    Trente ans après le premier lancement de Columbia, en avril 1981, le rêve ambitieux s’éteint.  La navette spatiale américaine incarnait le rêve de disposer d’un vaisseau capable de tout faire : transporter du fret, des équipages, lancer des satellites, les réparer, revenir sur Terre et recommencer quelques jours plus tard. Le vrai camion de l’espace !  

    Une erreur stratégique ?

    Aujourd’hui le programme s’arrête car le rêve ne s’est pas réalisé complètement : les coûts de lancements sont devenus faramineux (jusqu’à plus d’un milliard de dollars par lancement), la cadence des lancements n’a jamais permis aux navettes d’être concurrentielle sur le secteur des lancements de satellites, secteur qui a fait la fortune d’Ariane… Et puis, bien sûr, il y a eu ces deux terribles accidents : en 1986 Challenger, le 25 ème vol, qui explosa juste après son lancement et en 2003 Columbia, qui se désintégra lors de son retour dans l’atmosphère.

    Pour Alain Dupas, expert en programmes spatiaux, le programme des navettes a été une erreur stratégique majeure : « Sur le plan technologique, il ne fait aucun doute que la navette représente un pas important. Le problème est qu’il s’agit d’un système très complexe et finalement très cher ». De fait, la Nasa n’a jamais réussi à programmer plus de huit ou neuf vols par an, et ces dernières années, la norme était plutôt de trois ou quatre.

    Alain Dupas, spécialiste des programmes spatiaux 08/07/2011
    La navette Atlantis réalise l'ultime aller retour vers l'ISS des navettes américaines après 30 ans d'exploitation. Désormais, pour emmener les astronautes, ne resteront plus que les fusées Soyouz ... une situation inédite dans le monde de l'espace!
    Écouter

    Des ambitions récompensées
     
    Mais nombreux sont ceux qui préfèrent relever les grands accomplissements de ce programme: 132 vols réussis à ce jour, des missions extrêmement ambitieuses comme le montage de la Station spatiale internationale, le lancement de Hubble, le télescope spatial, puis les missions de réparation et de maintenance, dans l’espace, du télescope.
     

    Jean-François Clervoy, spationaute 08/07/2011
    L'arrêt du programme est lié principalement à deux raisons : coût et sécurité. De nombreux acteurs du monde de l'espace éprouvent de la nostalgie, à l'instar de ce spationaute qui a effectué plusieurs voyages à bord des navettes.
    Écouter

    Jean-François Clervoy, le spationaute français, a voyagé deux fois sur Atlantis et une fois sur Discovery. Il fait partie de ceux qui défendent ce programme : « Challenger a été désintégrée à cause d’un défaut sur les boosters à poudre et Columbia a été détruite à cause d’un défaut du réservoir extérieur. Mais le véhicule lui-même est hyper-fiable, c’est le gros lanceur sur lequel il est attaché qui a causé sa perte a deux reprises ».

    Une situation paradoxale
     
    Une fois la mission de cette dernière navette accomplie, les agences spatiales internationales auront encore le choix entre les véhicules européen, japonais et russe pour transporter le fret sur la station.

    En ce qui concerne l’acheminement des astronautes, la situation est tout autre puisque seules les capsules Soyouz sont désormais équipées pour cette mission. Une situation de nature à changer la donne internationale : « La Russie va avoir un rôle absolument essentiel pendant de nombreuses années », explique Alain Dupas, « le temps que les Etats-Unis mettent au point un nouveau système pour emmener les hommes dans la station ». Résultat : les Américains ont beau être les principaux investisseurs de la Station spatiale internationale, ils doivent maintenant s’en remettre aux petits vaisseaux Soyouz dans lequels les astronautes doivent s’entasser avec quelques centaines de kilos de matériel.

     
    La relève pourrait bien venir du privé avec des sociétés comme Space X, la société d’Elon Musk, le fondateur de Paypal, qui travaille à un programme pour acheminer les marchandises mais aussi à un programme de vols habités. « Quoiqu’il en soit, c’est de toute façon la fin d’une époque », conclut Jean-François Clervoy, « On ne verra pas avant un moment, des vaisseaux ailés revenir de l’espace pour se poser sur une piste ! ».


    A écouter sur le même sujet la Chronique de Patrick Chompré "Dernières nouvelles des étoiles" (mardi 5 juillet 2011) :

    30 ans après le 1er lancement d'avril 81, le rêve d'un vaisseau à tout faire s'éteint. Qualifié de grande erreur très coûteuse, le programme de navettes a aussi été la réussite de 133 vols, du montage de l'ISS, du lancement du téléscope spatial Hubble et de nombres d'exploits...

    Attention, dernier départ d'une navette spatiale américaine, vendredi 8 juillet 2011, avec le lancement d'Atlantis ! 06/07/2011 Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.