GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Aujourd'hui
Dimanche 25 Août
Lundi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • L'Espagne opposée à un blocage de l'accord UE-Mercosur (présidence)
    • L'Espagne opposée à un blocage de l'accord UE-Mercosur (présidence)
    Amériques

    Hillary Clinton déçue après l’exécution au Texas de Humberto Leal

    media Hillary Clinton s'est déclarée déçue après l'execution du Mexicain Humberto Leal. Reuters

    L’administration Obama a exprimé sa déception après l’exécution jeudi au Texas de Humberto Leal. Ce ressortissant mexicain a été exécuté jeudi 7 juillet 2011 par injection létale à la prison d'Huntsville, après le rejet de son recours devant la Cour suprême des Etats-Unis. Il avait été condamné à la peine capitale pour le viol et le meurtre d'une adolescente de 16 ans en 1994 au Texas.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    Rappelant que l’administration Obama avait demandé un sursis pour le condamné, la porte-parole du département d’Etat a déclaré que Hillary Clinton avait été très déçue par l’exécution : « Franchement, a dit Victoria Nuland, si nous ne protégeons pas les droits des étrangers aux Etats-Unis, nous nous exposons à un traitement identique pour nos compatriotes à l’étranger: c’est ce qui inquiète la ministre ».

    C’était le même argument défendu par le Washington Post dans un éditorial, avant que Humberto Leal soit exécuté. Le président Obama s’était tourné vers la Cour suprême dans l’espoir qu’elle retarderait de quelques mois l’exécution. Le temps de donner au Congrès la possibilité d’approuver une loi qui devait permettre à Leal et à 39 autres condamnés Mexicains de voir leur cas réexaminé par un juge fédéral pour voir si le fait qu’ils n’aient pu avoir accès à leur consulat, comme le stipule la convention de Vienne dont les Etats-Unis sont signataires, aurait nui de façon significative à leur défense.

    Après que la Cour suprême ait rejeté par cinq voix contre quatre la demande du gouvernement, Rick Perry, le gouverneur du Texas a refusé le sursis sans la moindre mauvaise conscience. Sa porte-parole a expliqué : « Si vous commettez le crime le plus odieux, vous devez vous attendre, selon nos lois, au châtiment ultime ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.