GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Semaine cruciale pour Julian Assange, sous la menace d'une extradition

    media Julian Assange à son arrivée au tribunal de Londres, le 24 février 2011. Reuters

    Alors que WikiLeaks est en lutte avec les géants Visa et MasterCard qui bloquent les dons vers le site internet, son fondateur, Julian Assange, retourne devant la justice britannique, ce mardi 12 juillet, pour contester en appel son extradition vers la Suède. Stockholm qui avait émis, en novembre 2010, un mandat d’arrêt international contre l’Australien, le soupçonne de viol et d’agressions sexuelles.

    Va-t-on assister à un tournant majeur dans le feuilleton politico-judiciaire « Julian Assange », ces prochains jours ? La justice britannique a dans ses mains, en tout cas, le sort du fondateur de WikiLeaks à la quarantaine grisonnante, qu’elle détient depuis plus de six mois en résidence surveillée.

    WikiLeaks : notre dossier spécial

    La Suède avait diffusé un mandat d’arrêt international à son encontre, le 18 novembre 2010. Et après son arrestation, le 7 décembre, un tribunal de Londres avait déjà répondu positivement à son extradition avant qu’Assange ne fasse appel de la décision. Il est donc attendu devant la Haute Cour londonienne pour se défendre une nouvelle fois et connaître le verdict final.

    A quelque 1 500 kilomètres de là, la justice suédoise attend son tour pour l’entendre sur des faits de viol et d’agressions sexuelles présumés contre deux jeunes filles en août 2010. N’étant pas encore formellement inculpé, cette perspective effraie ses partisans. Ces derniers rappellaient ainsi dans un communiqué publié dans la presse anglaise il y a moins d’un mois, que si c'est le cas, « il fera l’objet d’un procès qui se déroulera dans le secret (à huis clos, Ndlr) » et sans avoir connaissance de toutes les preuves à charge.

    L’enquête américaine se poursuit

    Photo sur une page facebook de Bradley Manning, ancien agent des services américains de renseignements, le 29 mars 2010. AFP / Facebook

    Mais la plus grande crainte de ses avocats n’est pas tant l'idée de le voir comparaître devant la justice suédoise que celle de son extradition, de la Suède vers les Etats-Unis, par la suite, où une enquête pénale est ouverte à son encontre depuis un an. La publication de la vidéo d’une bavure de l’armée américaine en Irak, puis des câbles diplomatiques de Washington, par WikiLeaks au cours de l’année dernière, a provoqué l’ire de l’administration Obama qui compte bien faire traduire Julian Assange en justice, outre-Atlantique. L’officier Bradley Manning, accusé par la Maison Blanche d’avoir fait fuiter les documents confidentiels, et qui risque la prison à vie, est au cœur de la procédure : si les enquêteurs arrivent à prouver que le fondateur de WikiLeaks est à l'initiative des contacts avec Bradley Manning, il sera plus aisé de réclamer la venue de l’Australien sur le sol américain.

    Mais Julian Assange peut toujours compter sur de nombreux soutiens, et sur sa notoriété qui en fait la 9e personnalité la plus influente au monde cette année, selon le Time magazine. En mai dernier, il a également été décoré de la médaille d’or de la Sydney Peace Fondation, pour sa « défense des droits de l’homme » - l’un des prix les plus prestigieux dans le domaine.

    WikiLeaks toujours embourbé

    WikiLeaks, de son côté, ne va guère mieux que son fondateur. Le site voit son budget dégringoler depuis le début de l’affaire, et notamment depuis que les deux sociétés de cartes de crédit, Visa et MasterCard, ont coupé toutes possibilités de dons sur internet en faveur du site internet. Après une menace de procès devant Commission européenne et un détournement humoristique d’une des deux marques, la situation avait semblé se débloquer avant que Visa ne fasse machine arrière et maintienne ses vérouillages. La plainte sera donc bien déposée, ce mardi 12 juillet, ou le lendemain, selon l’un des avocats du site. Une semaine cruciale, donc, pour Julian Assange.
     

    Les principales dates de « l'affaire Assange »

    - 15 août 2010 : WikiLeaks annonce la publication de 15 000 nouveaux documents confidentiels, après les 77 000 déjà divulgués au mois de juillet.

    - 21 août 2010 : deux jeunes Suédoises déposent plainte contre Julian Assange pour « viol » et « agressions sexuelles ».

    - 1er septembre 2010 : ouverture de l’enquête en Suède.

    - 18 novembre 2010 : Stockholm lance un mandat d’arrêt international contre Assange, qui deviendra effectif début de décembre après certaines containtes de procédure.

    - 28 novembre 2010 : WikiLeaks diffuse par le filtre de grands journaux mondiaux (The Guardian, The New York Times, etc) près de 250 000 câbles diplomatiques américains.

    - 7 décembre 2010 : Julian Assange est arrêté par la police britannique. Le même jour, Visa et MasterCard bloque les processus de dons au site WikiLeaks.

    - 24 février 2011 : un tribunal londonien se prononce favorablement à la demande d’extradition suédoise. Assange fait appel de la décision dans la foulée.

    - 12 et 13 juillet 2011 : Julian Assange comparaît en appel, à la Haute Cour de Londres, à propos de la demande d’extradition de la Suède.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.