GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Corée du Nord: «test très important» sur la base de lancement de Sohae (KCNA)
    Amériques

    Les chiffres clés de la dette américaine

    media Le president américain Barack Obama entouré de Bill Clinton (G) et George W. Bush (D) AFP PHOTO / Saul LOEB

    Soulagement sur les marchés mais pour combien de temps ? L’accord sur le relèvement du plafond de la dette américaine arraché par la Maison Blanche dans la nuit du 31 juillet au lundi 1er août a apaisé les angoisses de ces derniers jours à l’idée que la première économie mondiale ne perde son triple A (AAA), la meilleure note attribuée par les agences de notation. Comment les Etats-Unis ont-ils accumulé 14 300 milliards de dollars de dette publique ? Un regard sur le passé donne quelques éléments de compréhension.

    Républicains et démocrates crient victoire, la faillite est évitée, mais il semble que Barack Obama a échappé au pire au prix de bien des concessions. Néanmoins l’ampleur de la tâche laisse songeur.

    Comment les Etats-Unis ont-ils accumulé 14 300 milliards de dollars de dette publique ?
    Le département du Trésor américain a détaillé l’accumulation de cette dette entre 1981, sous la présidence de Ronald Reagan jusqu’à 2011 avec Barack Obama en passant par George Bush, Bill Clinton et George W. Bush.

    Un coup d’œil sur le détail de la dette et son aggravation dans le temps sous les cinq derniers présidents américains, permet de voir que la partie la plus importante de la dette a été contractée par George W. Bush avec ses nombreuses lois sur la réduction des taxes et ses engagements dans les guerres en Afghanistan et en Irak.

    La chronologie de la dette depuis 1981 démontre le rôle joué par chacun des présidents américains.

    - Avant 1981 : La dette comprenait le reliquat des guerres d’Indochine.

    - 1981-1989 : Ronald Reagan augmente le plafond de la dette avec des dépenses de défense et des baisses d’impôts.

    - 1989-1993 : George Bush affronte la première guerre du Golfe et un abaissement des recettes fiscales pour cause de récession.

    - 1993- 2001 : Malgré deux années de surplus budgétaire, Bill Clinton fait face aux intérêts des déficits précédents et augmente le plafond avec la poursuite des dépenses précédentes engagées.

    - 2001-2009 : Arrive George W. Bush qui double le plafond de la dette de 5 800 Mds à 10 000 milliards de dollars, avec des coupes drastiques d’impôts, les guerres en Afghanistan (2001) et en Irak (2003), pour atteindre la récession en 2008.

    - 2009-2011 : Barack Obama apporte un surplus de 4 300 milliards avec les dépenses du plan de relance, des baisses d’impôts et les effets de la récession sur la recette fiscale, les dépenses de la santé et de retraites.

    La Maison Blanche présente ces chiffres pour montrer que Barack Obama ne fait qu’hériter des dépenses colossales de son prédécesseur.

    Cliquez pour agrandir

    En ce qui concerne les détenteurs de la dette américaine en milliards de dollars :

    - 4 500 concernent les pays étrangers essentiellement, la Chine (1 200Mds), le Japon (900 Mds), le Royaume-Uni (300Mds), les pays pétroliers (200 Mds) et d’autres pays (1 900 Mds).

    - 3 600 milliards de dollars appartiennent aux entreprises, banques, fonds de pensions et les Etats et gouvernements locaux.

    - 2 700 milliards de dollars vont au Fonds Social Security Trust.

    - 1 600 proviennent de la Fed (Réserve fédérale des Etats-Unis).

    - Et enfin 1 900 concernent d’autres fonds communs publics de placement.

    L'actuel président américain, Barack Obama a déjà rehaussé le plafond de la dette plusieurs fois, comme ses prédécesseurs ont aussi eu à le faire. Cette fois encore le plafond de la dette va être relevé de 2 000 milliards de dollars. Ce qui devrait permettre aux Etats-Unis de tenir jusqu'aux prochaines élections présidentielles et législatives prévue en novembre de l'an prochain.

    Le compteur de la dette tourne toujours sur Internet et à Times Square (quartier des affaires de New York) et la visualisation la plus impressionnante est sans doute celle proposant de voir ce que représente la dette en billets physiques. On se rend compte que les 1,4 trillion de dollars deviendrait le plus haut gratte-ciel de New York s’ils étaient constitués de billets de 100 dollars.
     

    * A lire également l'acticle sur le site d'Owni.fr «Coup d’oeil sur la dette américaine »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.