GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 15 Décembre
Lundi 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    David Hicks: le gouvernement australien s'oppose aux droits d'auteur de l'ex-prisonnier de Guantanamo

    media L’Australien, David Hicks raconte sa détention à Guantanamo dans son autobiographie, «Guntanamo : My journey». Reuters

    Le gouvernement australien a annoncé le 21 juillet dernier des poursuites contre David Hicks, ancien détenu de Guantanamo. Les autorités jugeant illégaux les droits d'auteurs tirés du livre que le « taliban australien » a publié. Agé de 35 ans, David Hicks vit à Sydney et a brisé le silence l'an dernier en publiant une autobiographie, racontant sa détention et les circonstances de son arrestation. Son ouvrage : « Guantanamo : My journey » aurait été vendu en 30 000 exemplaires.

    Le gouvernement australien avait annoncé jeudi 21 juillet, vouloir entamer des poursuites contre David Hicks, ancien prisonnier de Guantanamo, pour avoir tiré profit des ventes de son autobiographie.

    Hicks, de nationalité australienne vit actuellement à Sydney et a brisé le silence l'an dernier en publiant une autobiographie, racontant sa détention à Guantanamo et les circonstances de son arrestation. Le livre publié en octobre 2010 détaille son vécu comme détenu à Guantanamo, et  les tortures subies par ses geôliers dans la prison américaine.

    Celui que les Etats-Unis surnomment « le taliban australien » et converti à l'islam, David Hicks a été arrêté en Afghanistan peu après les attentats du 11 septembre 2001 et passe  cinq ans et demi dans la prison de Guantanamo. Il a ensuite été condamné par un tribunal militaire pour « soutien matériel au terrorisme » avant de retourner en Australie en avril 2007 pour y terminer sa peine.

    Libéré neuf mois plus tard sous conditions, dont l’interdiction de donner la moindre interview pendant un an, David Hicks entame alors, à 35 ans, la rédaction d’une autobiographie intitulée « Guantanamo : my journey ». L’ouvrage s’est vendu à plus de 30 000 exemplaires et Hicks a reçu déjà une avance significative.

    Canberra s'oppose aux droits d'auteur pour l'ex-prisonnier de Guantanamo

    Mais le gouvernement australien juge illégaux les droits d'auteur tirés du livre. Pour la justice australien, les faits semblent clairs comme du cristal : David Hicks a plaidé coupable devant un tribunal militaire américain pour soutien matériel au terrorisme. La loi interdit à quiconque de s'enrichir sur un crime et il devient alors illégal pour un criminel de tirer profit de ces crimes.

    Par conséquence, l'ancien éleveur, David Hicks n'a pas le droit de tirer un bénéfice financier de son livre, en vertu d'un amendement à la loi, voté spécialement pour le priver d'un tel profit. L’ancien détenu se voit retirer le droit de bénéficier des retombées financières de son livre car le procureur avait demandé « une ordonnance restrictive et une ordonnance sur les recettes littéraires ».

    Coupable aux Etats-Unis mais pas en Australie

    D'un autre côté, John Dowd, militant pour les droits de l'homme en Australie, remarque que dans tous les cas David Hick « n'a jamais été reconnu coupable d'aucun crime par la justice australienne ». Un avis partagé par Amnesty International, qui souligne également que le gouvernement australien, contrairement aux Britanniques, permet la détention prolongée de ses ressortissants sans jugement et sans raisons légales : et ce « même après la sortie de rapport sur la torture, établi par d'anciens détenus et le FBI » (source Financial Times).

    Pour le moment des invetigations plus approfondies sont en cours entre l'avocat de Hicks et une équipe de juristes de Canbera pour trouver une issue à cette affaire. Une nouvelle audience est attendue vers mi-août.

    Pour certains australiens Hicks est la victime des excès de l'administration de George W. Bush. Le 23 août 2006, l'organisation australienne Get Up avait lancé une pétition en faveur de David Hicks qui retournait au pays le 20 mai 2007.

    *A lire également :

    - Extracts from David Hicks' memoir, Guantanamo Bay: My Journey

    - L'article du 19 octobre 2010 dans The Australien : He can't handle the truth

    - L'article du 9 mars 2011 dans lemonde.fr : Guantanamo, la promesse non tenue d'Obama 

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.