GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 2 Décembre
Mardi 3 Décembre
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Près de 6000 agressions sexuelles signalées à Uber aux Etats-Unis en 2017-2018 (officiel)
    Amériques

    Le Wisconsin se prononce sur les recettes des républicains contre les déficits

    media Le Parlement de Madison, Wisconsin. Getty Images

    Cet Etat du « Middle West » américain, le Wisconsin, fait repasser, ce 9 août 2011, devant les électeurs, 6 sénateurs républicains et 3 démocrates : les premiers ont soutenu les coupes budgétaires du gouverneur républicain Scott Walker. Les seconds ont essayé de bloquer le vote en ne se présentant pas au Parlement. Ces «recall elections» se déroulent en trois temps. Le 1er tour a eu lieu le 12 juillet. Le 2ème, ce mardi 9 août. Le dernier tour se déroulera le 16 août. Avec en filigrane, l’élection présidentielle de 2012.

    Ces « recall elections » n’ont pas d’équivalent en France : aux Etats-Unis, quand les électeurs estiment qu’un élu, du Sénat ou de la Chambre des représentants, ou même carrément le gouverneur d’un Etat, a totalement démérité, ils peuvent le « rappeler », c'est-à-dire invalider son élection et le faire repasser par les urnes.

    Encore faut-il que la personnalité politique concernée ait exercé son mandat pendant un an, ce qui n’est pas le cas du gouverneur Scott Walker. Mais la procédure est exceptionnelle. L'organisation « Democraty for America » est l’une de celles qui a collecté les signatures qui permettent de « rappeler » des élus. Livana Layendecker, porte-parole de cette organisation, souligne que dans toute l’histoire du Wisconsin, une seule procédure de rappel a abouti contre un sénateur, il n’y en a jamais eu contre 6 sénateurs à la fois. « C’est un effort sans précédent, mais il faut aussi dire que leur vote (des républicains NDLR) pour couper dans le budget et couper les ailes des syndicats est sans précédent, c’est pour ça que nous avons opté pour une telle réponse »…

    Un budget contesté par les électeurs du Wisconsin

    C‘est  en effet le vote du budget du Wisconsin qui a provoqué la colère d’une partie des électeurs. Un budget d’austérité voulu par le gouverneur républicain Scott Walker afin de réduire l’immense déficit de l’Etat mais dont les coupes drastiques ont heurté une partie des administrés.

    Le Wisconsin est en effet un Etat traditionnellement progressiste, qui vote pratiquement toujours démocrate. Il est un véritable laboratoire en matière sociale. C’est le Wisconsin qui a expérimenté Medicare et Medicaid, les assurances santé et vieillesse, ainsi que bien d’autres avancées sociales… Mais c’est sur le thème du déficit budgétaire que les républicains ont remporté les élections de mi-mandat en 2010.

    Comme promis, le nouveau gouverneur républicain, Scott Walker a fait des coupes sombres dans le budget, taillé dans les dépenses sociales, l’éducation. Et surtout, il a touché aux syndicats de fonctionnaires qui désormais ne peuvent plus négocier des hausses de salaires collectives.

    Les syndicats dans le secteur privé étant désormais quasiment inexistants aux Etats-Unis, cette attaque contre les derniers syndicats a provoqué la colère des habitants du Wisconsin. Le Parlement a été occupé, la place principale de la capitale Madison est devenue le symbole de ceux qui se sont baptisés les « indignatos » comme en Espagne.

    Les républicains modérés ont alors rejoint les démocrates très en colère contre les républicains radicaux aiguillonnés par la droite de la droite: les Tea Party. John Mac Arthur, le directeur du Harper’s Magazine y voit « un conflit local qui symbolise ce qui se passe aux Etats-Unis. Sauf qu’à Washington, même les Tea Party républicains n’ont pas osé attaquer les syndicats publics. Au Wisconsin, ce qui se joue, c’est ce que les Tea Party aimeraient faire à Washington sans oser aller jusque-là ».

    Les Tea Party ont bien conscience d’agir comme des repoussoirs, alors ils avancent derrière des organisations comme « Wisconsin Family Action », une organisation violemment « pro-life », anti-avortement. Après beaucoup de précautions de langage, sa présidente, Julaine Appling reconnaît qu’elle soutient la politique du gouverneur Scott Walker. « Nous soutenons la politique du gouverneur avec la réduction des déficits et le budget réellement équilibré. Nous sommes contents que le déficit structurel soit proche de zéro. C’est la meilleure configuration actuellement pour le Wisconsin ».  

    Le Wisconsin, précurseur de la présidentielle 2012 ?

    Le Wisconsin est regardé à la loupe par le gouvernement fédéral. De la même façon que les électeurs du Wisconsin ont regardé à la loupe l’accord que Barack Obama a passé avec les républicains pour augmenter le plafond de la dette en échange d’une réduction du déficit. Dans ce débat, « les républicains ont imposé exactement les mêmes coupes budgétaires au niveau fédéral. Ce n’est pas ce que veulent les Américains. Ils veulent que tout le monde prenne une part équitable dans la lutte contre le déficit », estime Livana Layendecker de l'organisation « Democraty for America » qui pronostique : « C’est la première fois que les électeurs ont, au niveau local, la possibilité de protester contre ça et ce sera un signe précurseur pour 2012 ».

    Républicains, démocrates et Tea Party sont en effet déjà en campagne pour la présidentielle de novembre 2012. Les derniers résultats de ces « recall élections », mardi prochain 16 août, permettront d’évaluer si tous les derniers évènements, y compris la nouvelle crise financière qui se profile, plaident en faveur des républicains alliés aux Tea Party ou au contraire en faveur des démocrates.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.