GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Nouvelle frappe israélienne contre des cibles du Jihad islamique à Gaza (armée)
    Amériques

    En Argentine, les primaires testées pour la première fois

    media Pour la présidente argentine Cristina Kirchner, ces primaires ont une vraie valeur de test (Photo : AFP)

    Deux mois avant les élections présidentielles et législatives, les Argentins connaissent ce dimanche 14 août 2011 leurs premières primaires. Une nouveauté introduite par une loi de 2009 sur les partis politiques, et dont il est encore difficile d’appréhender les effets réels sur la présidentielle du 23 octobre prochain.

    Sur le papier, le changement est notable. A la différence des primaires américaines, les primaires argentines sont prévues ouvertes, simultanées et obligatoires. En clair, tous les Argentins sont appelés à voter le même jour (le vote est obligatoire) pour leurs candidats favoris aux postes de président, vice-président, député et sénateur. Les partis sont eux aussi obligés de jouer le jeu, puisque seuls les candidats désignés aux primaires seront autorisés à représenter leur parti aux élections d’octobre. Mais dans les faits, rien ne dit que le jeu politique argentin en sera bouleversé.

    Une réforme contestée

    En introduisant ces primaires, le gouvernement argentin souhaite démocratiser la sélection des candidats à la présidentielle. Désignés par le peuple, ils seraient ainsi plus légitimes. Problème : la loi n’indique aucun minimum de candidats aux primaires, et beaucoup de partis ont prévu de n’en présenter qu’un seul, déjà désigné en interne. Ce qui fait dire à certains que les primaires ne seront qu’une « répétition générale » avant le vote de cet automne.

    Les petits partis s’inquiètent aussi de voir leur poids politique diminuer, car la nouvelle loi prévoit que les formations qui récoltent moins de 1,5% des votes aux primaires ne pourront pas participer aux élections générales.

    Pour certains analystes, cette réforme électorale visait en fait à mettre de l’ordre dans le mouvement péroniste, très divisé depuis que Cristina Fernandez de Kirchner, à la tête de l’Etat depuis 2007, a coupé avec la vieille garde du parti. Un espoir déçu, puisque l’ancien président Eduardo Duhalde, issu lui aussi de cette famille politique, se présente face à la présidente sous les couleurs de son propre parti.

    Kirchner en difficulté ?

    Les résultats des primaires donneront une première idée de l’état de l’opinion argentine. Et des chances de Cristina Fernandez de Kirchner d’être réélue au premier ou au second tour de la présidentielle, le 20 novembre. Portée jusqu’à maintenant par une forte popularité – grâce notamment à une croissance de près de 10% -, la présidente a subi ces dernières semaines trois sérieux revers électoraux à la mairie de Buenos Aires et dans les provinces agricoles de Santa Fe et de Cordoba. Son image positive a aussi été écornée par un scandale de corruption.

    Elle reste cependant la grande favorite des sondages : selon une étude effectuée par l’institut Management & Fit entre le 22 et le 26 juillet, Cristina Fernandez de Kirchner recueille encore 36.8% d’opinions favorables, loin devant le député centriste Ricardo Alfonsin, fils de l’ex- président Raul Alfonsin et Eduardo Duhalde.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.