GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Cuba dénonce l'«expulsion injustifiée» par Washington de deux de ses diplomates (ministre des Affaires étrangères)
    Amériques

    La crise de la dette des pays européens plus grave que la dégradation de la note américaine?

    media Robert Zoellick (à dr.), le président de la Banque mondiale, le 20 juillet 2011 à Ankara. REUTERS/Stringer

    La crise de la zone euro pourrait bien être le défi le plus important à relever par l'économie mondiale, estime le président de la Banque mondiale, Robert Zoellick. Dans une interview à l'hebdomadaire australien The Weekend Australian Magazine, Zoellick affirme que la crise actuelle aura des conséquences durables sur l'équilibre des pouvoirs dans le monde.

    La crise de la dette des pays européens est plus grave que la dégradation de la note américaine, estime Robert Zoellick, le président de la Banque mondiale dans un entretien avec The Weekend Australian Magazine. Selon lui, l'Allemagne et la France ne pourront continuer à soutenir bien longtemps les pays faibles de la zone euro sans se mettre eux mêmes en danger.

    On est donc entré dans une phase nouvelle et plus dangereuse de l'économie mondiale. C'est pourquoi, à écouter Robert Zoellick, des mesures plus radicales que celles qui ont déjà été tentées dans le domaine fiscal et monétaire doivent être rapidement adoptées. A plus long terme cette crise est en train de reconfigurer les équilibres mondiaux. Sous son effet le pouvoir économique se déplace des Etats-Unis et de l'Europe vers la Chine.

    Or, le président de la Banque mondiale ne pense pas que la Chine soit dejà prête à tenir ce rôle de première puissance mondiale. Pékin a en effet bien des défis à relever pour son propre compte, dont la surchauffe de son économie, la pollution galopante, l'équilibre entre secteur public et secteur privé.

    Le site internet de la Banque mondiale (lire)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.