GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Nouvelle frappe israélienne contre des cibles du Jihad islamique à Gaza (armée)
    Amériques

    Primaire présidentielle : la large victoire de Cristina Fernández de Kirchner

    media La présidente argentine, Cristina Fernandez de Kirchner, face à ses supporters, le 14 août 2011 à Buenos Aires. REUTERS/Enrique Marcarian

    La présidente actuelle de l’Argentine, Cristina Fernández de Kirchner a obtenu une très large victoire à l’occasion de la primaire nationale organisée ce dimanche 14 août. Près de la moitié des électeurs ont voté pour l’actuel chef de l’Etat, qui postule à second mandat lors de la présidentielle du mois d’octobre. Pour l’opposition, l’heure est aux questions.

    Avec notre correspondant à Buenos Aires, Jean-Louis Buchet

    C’est en entonnant l’hymne péroniste que les militants ont salué le triomphe de la présidente Cristina Fernández de Kirchner à cette primaire. Avec plus de 35 points sur le premier postulant de l’opposition, elle semble en mesure de s’imposer dès le premier tour à la présidentielle, le 23 octobre 2011.

    La présidente actuelle gagne presque partout, y compris dans des circonscriptions où ses candidats avaient été battus aux élections locales ces dernières semaines, comme Santa Fe, Buenos Aires ou Córdoba. Assurée d’exercer un leadership qui dépasse les clivages traditionnels, Cristina Fernández a parlé tôt et tenu un discours d’unité : «Il nous faut l’unité de tous les Argentins pour pouvoir continuer à travailler»

    Atomisée, l’opposition paie le prix de ses divisions. Ses deux principaux candidats, le radical Ricardo Alfonsín et le péroniste dissident Eduardo Duhalde échouent à se poser en alternative crédible au kirchnérisme. Quatrième, mais nouveau venu dans la politique nationale, le socialiste Hermes Binner est le seul à tirer son épingle du jeu. Les adversaires de Cristina Fernández de Kirchner ont soixante jours pour réagir. Il leur faudra beaucoup d’imagination pour éviter une déroute à la présidentielle.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.