GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Kosovo: Le Parlement a été dissous par les députés, signale l'AFP
    • Syrie: le régime va permettre aux civils de sortir de la province d'Idleb (agence officielle Sana)
    • Chine: des morts et des disparus dans des coulées de boue dans une région montagneuse du sud-ouest du pays (autorités)
    • Inde: spectaculaire arrestation de Palaniappan Chidambaram, ancien ministre des Finances devenu l'un des leaders de l'opposition
    • Ce 22 août, la Russie a lancé «Fiodor», son premier robot humanoïde, vers la Station spatiale internationale
    • Texas: douzième exécution depuis le début de l'année aux États-Unis
    Amériques

    Steve Jobs et Apple, la fin d'un duo unique

    media Steve Jobs, présentant l'iPad 2 en mars 2011. L'emblématique patron d'Apple a démissionné de ses fonctions le 24 août 2011. REUTERS/Kimberly White/Files

    L’emblématique patron fondateur de la marque à la pomme à annoncé, mercredi 24 août 2011, son retrait de « toutes ses fonctions opérationnelles au sein de l’entreprise ». Une décision qui intervient alors que Steve Jobs était en congé maladie depuis janvier, alors que sa santé lui cause des soucis depuis plusieurs années. C’est une page historique qui se tourne pour l’entreprise qui a crée l’iPhone, tant elle devait son succès à son dirigeant.

    Rarement une entreprise aura été autant incarnée par son patron. A l’instar d’un Bill Gates pour Microsoft ou d’un Richard Branson à Virgin, Steve Jobs était Apple et Apple était Steve Jobs. La marque à la pomme devra désormais s’approprier une autre image, celle de Tim Cook, son numéro deux qui, en reprend la direction générale.

    « J'ai toujours dit que si jamais un jour je ne pouvais plus remplir mes devoirs et les attentes en tant que CEO (Chief executive officer) d'Apple, je serais le premier à vous le faire savoir. Malheureusement, ce jour est arrivé », écrit Steve Jobs dans un communiqué. Le mythique patron ne se retire pas pour autant définitivement d’Apple, puisqu’il prend la tête du conseil d’administration de l’entreprise.

    Une façon de continuer à veiller sur son bébé à un rythme moins éprouvant que celui que lui imposait son précédent poste. Car Jobs, clairement, est malade. S’il n’a pas détaillé les raisons de son départ, il était en congé maladie depuis janvier 2011, le deuxième depuis 2009, année où il avait subi une greffe du foie. En 2004 déjà, il avait été soigné pour un cancer du pancréas. La coupe semble pleine et la démission de Steve Jobs est probablement définitive.

    Crève-coeur

    Elle apparaît comme un crève-cœur, alors que Jobs avait justement interrompu son congé maladie en mars 2011 pour présenter l’iPad 2, au cours d’une de ses fameuses keynotes, ces présentations d’un nouveau produit Apple par Jobs, seul sur scène, devant un public applaudisant à tout rompre. Ces keynotes ont d’ailleurs contribué à identifier Jobs et Apple comme un ensemble indissociable.

    Et pour cause : c’est dans le garage de ses parents, dans la Silicon Valley, que Steve Jobs bricole son premier ordinateur, avant de fonder Apple officiellement avec Steve Wozniak en 1976. Le premier ordinateur sort la même année, quatre ans plus tard les « deux Steve » sont multimillionnaires après l’entrée de leur entreprise en bourse. Quatre ans se passent à nouveau avant qu’Apple ne présente Lise, en 1984. C’est le premier ordinateur comprenant une interface graphique et équipé d’une souris. Et c’est la première révolution de Jobs et d’Apple.

    De l'iMac à l'iPad

    Mais pas pour longtemps. Suite à des bisbilles internes, l’emblématique patron de la marque à la pomme est amené à démissionner en 1985. L’année suivante, il confonde les studios d’animation Pixar, qui, depuis Toy Story en 1995, enchaînent eux aussi les succès. Mais Jobs connaît aussi des revers : il fonde une autre société, Next, censée produire la « prochaine » génération d‘ordinateurs. C’est un échec, et l’entreprise est finalement absorbée par … Apple en 1997. Ce qui permet à Jobs de revenir à ses premières amours et de reprendre la tête de l’entreprise.

    C’est le début d’un nouveau cycle fastueux pour Apple. Dès 1998, l’iMac, premier ordinateur coloré, arrive sur le marché. Suit l’iBook, présenté comme un iMac portable. En 2001, Apple sort le premier Ipod. Il s’est depuis vendu 250 millions d’exemplaires des différentes déclinaisons de ce lecteur numérique portable, qui existe aujourd’hui dans une version « nano » grande comme un cadran de montre et capable de stocker des dizaines d’heures de musique. Surtout, en 2007, Jobs et Apple, creusent d’un coup et pour plusieurs années un écart net avec leurs concurrents en lançant l’iPhone. Il est suivi de l’iPad. Le succès de ces appareils ultra-plats est immédiat, les adversaires d’Apple en sont réduits à produire des copies qui, aujourd'hui encore, n’égalent pas l’original.

    Ces succès sont ceux de Jobs, à la fois visionnaire et bon manager, chose rare chez un patron. Le tandem indissociable entre le patron et la marque est tellement indissociable aux yeux de tous, qu’après l’annonce de sa démission, l’action Apple a terminé en chute de 7% à la clôture de Wall Street. Et les concurrents d’Apple ont vu leurs cours s’envoler. Le phénomène est connu : chaque mauvaise nouvelle concernant la santé de Jobs provoquait des réactions similaires. Saut que cette fois, Jobs ne reviendra plus aux commandes. Mais, en éternel optimiste souriant, il ne craint guère pour son entreprise. « Je pense que les jours les plus brillants et les plus innovants d'Apple sont à venir » , souligne-t-il dans son communiqué. Misons qu'en bon visionnaire, Jobs sait sans doute de quoi il parle.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.