GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Au Chili, le mouvement social endeuillé par la mort d'un jeune garçon

    media «Procès et châtiment pour les assassins de Manuel Gutierrez, assez de répression policière» est-il écrit sur la banderole, Santiago le 26 août 2011. Reuters/Carlos Vera

    La mort d'un jeune garçon, tué par balles, dans la nuit de jeudi à vendredi 26 août 2011 est venue endeuiller le mouvement social qui agite le Chili. Un mot d'ordre de grève nationale de 48h, pour réclamer une meilleure répartition des fruits de la croissance, avait été lancé par les syndicats, relayant la mobilisation des étudiants initiée il y trois mois.

    Avec notre correspondante à Santiago, Claire Martin

    Un mort, plus de 200 policiers et manifestants blessés, près de 1400 arrestations, un million et demi d’euros de dommages. C’est le bilan des deux jours de grève nationale organisée à l’appel de la Centrale unitaire des travailleurs, la CUT, des étudiants et des professeurs. Deux jours marquées par des affrontements entre policiers et casseurs, des barricades, des pillages de magasin, des voitures et des bus brûlés.

    Dans la nuit de jeudi à vendredi, dans des circonstances confuses, un jeune de 16 ans, Manuel Gutierrez, a été tué d’une balle dans la poitrine à Macul, une des communes périphériques de Santiago. La famille accuse la police, qui plaide non coupable. Une enquête a été ouverte.

    Ce triste bilan a été déploré par le gouvernement comme par les manifestants. Les violences ont terni la marche pacifique, qui aurait réuni jeudi de 200 à 600 000 de personnes dans le pays. Les manifestants réclamaient des réformes des retraites, des assurances de santé, de l’éducation. Sur ce dernier point, le président a appelé vendredi 26 août au dialogue. Peut-être s’est-il rendu compte que plus le temps passe, plus le mouvement étudiant devient un mouvement social et qu’il sera plus difficile encore à apaiser.

    Sur le même sujet

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.