GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Mai
Jeudi 16 Mai
Vendredi 17 Mai
Samedi 18 Mai
Aujourd'hui
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Argentine : le souvenir de la disparition d’un témoin clé de la dictature

    media En Argentine, les mères de la place de Mai manifestent pour la mémoire des disparus de la dictature, entre 1976 et 1983 (Photo: AFP)

    En Argentine, d’importantes manifestations ont eu lieu ce dimanche pour marquer le cinquième anniversaire de la disparition de Jorge Julio López. Témoin clé dans le premier procès d’anciens responsables de la dictature qui s’est ouvert après l’annulation des lois d’amnistie des années 80, López est considéré comme le premier disparu de la démocratie argentine.

    Avec notre correspondant à Buenos Aires, Jean-Louis Buchet

    A Buenos Aires comme à la Plata, la ville où il a disparu, des milliers de personnes sont descendues dans la rue pour dire qu’ils n’oubliaient pas Jorge Julio López. Témoin clé dans le procès de l’ancien commissaire Miguel Etchecolaz, López n’est jamais arrivé au tribunal où on l’attendait le 18 septembre 2006, pour les dernières plaidoiries. 

    Grâce au témoignage de ce maçon qui avait été détenu sous la dictature, Etchecolaz a été condamné à perpétuité, au terme du premier procès de responsables de la répression qui s’est tenu après l’annulation des lois d’amnistie. On soupçonne que López, qui avait 77 ans quand il a disparu, a été enlevé par un groupe d’anciens militaires ou policiers liés à Etchecolaz. Et l’on soupçonne aussi les forces de sécurité d’avoir bâclé l’enquête sur sa disparition. 

    Le cas de ce premier disparu de la démocratie a ému l’opinion. Il aura au moins servi pour que le gouvernement mette en place un programme de protection des témoins cités dans les procès liés aux violations des droits de l’homme des années 70. Depuis lors, des centaines de personnes, victimes de la dictature ou proches de disparus, ont témoigné dans des dizaines de procès où plus de cent anciens militaires ou policiers ont été condamnés.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.