GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Nouvelle manifestation en marge des négociations entre le gouvernement chilien et les étudiants

    media Des heurts ont éclaté lors de la manifestation estudiantine au Chili, le 29 septembre 2011. REUTERS/Eliseo Fernandez

    Nouvelle manifestation, le jeudi 29 septembre 2011, à Santiago du Chili, la capitale. Des dizaines de milliers d'étudiants se sont rassemblés pour réclamer davantage de moyens pour l'éducation. Un mouvement débuté depuis cinq mois. Lors de ce rassemblement des heurts ont éclaté et la police antiémeute a répliqué avec des gaz lacrymogènes et des lances à eau. Quatre policiers ont été blessés, 17 manifestants arrêtés. Une manifestation qui intervient le jour même de la reprise des négociations entre gouvernement et étudiants.

    Il aura fallu cinq mois de conflit avant que de réelles négociations ne s'ouvrent au Chili. Hier en fin de journée, le gouvernement et les étudiants ont enfin accepté de se réunir. Auparavant, les deux parties ont du faire des concessions.

    L'une des figures de la contestation, Camilla Vallejo, avait réclamé que la loi de budget de 2012 soit sur la table des négociations. Refus catégorique du porte-parole du gouvernement. Andres Chadwick a rappelé que le budget n'est jamais divulgué à aucun secteur avant sa présentation au Congrès. Les autorités avaient aussi demandé que lycéens et étudiants retournent en classe. Impensable pour les contestataires, ils ne veulent pas relâcher la pression.

    Même si ces conditions préalables n'ont pas été remplies, les discussions ont bel et bien démarré. Mi-septembre, le gouvernement avait déjà invité les manifestants au dialogue. Une invitation déclinée par les jeunes qui jugeaient la marge de négociation trop faible.

    Le gouvernement est aujourd'hui sous pression. La cote de popularité du président Chilien, Sebastian Pinera, est en chute libre. Au contraire du mouvement estudiantin, soutenu par 89% de la population.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.