GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 30 Novembre
Jeudi 1 Décembre
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Leon Panetta appelle l'Otan à serrer les rangs face à la baisse des budgets

    media Le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen (G), le secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta(C) et le ministre britannique de la Défense, Liam Fox Liam Fox (D), à Bruxelles le 5 octobre 2011. REUTERS/Yves Herman

    C'était la première visite en Europe du secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, depuis sa prise de fonction en juillet dernier. Il a participé ce mercredi 5 octobre à une réunion des ministres de la Défense des pays membres de l'Otan à Bruxelles. Il est venu mettre en garde l'Alliance atlantique à ne pas trop dépenser alors que le Pentagone se prépare à des coupes budgétaires.

    Avec notre bureau de Bruxelles,

    Les pays européens membres de l’Otan ont démontré de sérieuses lacunes en matière de renseignements mais aussi de munitions, de drones et de ravitaillement en vol.

    Pour cette première rencontre avec les homologues ministres de la Défense de l’Alliance, l’Américain Leon Panetta a dressé un constat sans phare, des défis avant tout budgétaires auxquels l’Otan doit désormais faire face.

    « Ne faites pas l’erreur de croire que le budget défense des Etats-Unis peut absorber tous les chocs et combler les lacunes des alliés européens sur les dix prochaines années. Ce budget sera réduit de 450 milliards de dollars », a-t-il déclaré.

    Leon Panetta a ainsi abondé dans le sens de tous ceux qui estiment que l’Europe ne peut plus se permettre de dépenser pour sa défense moins de la moitié de ce que font les Etats-Unis.

    Une opinion partagée par le secrétaire général de l’Alliance atlantique, Anders Fogh Rasmussen, qui affirmait en outre il y a un mois que les alliés européens manquaient aussi de moyens aériens pour les transports de troupes. Ce constat, c’est celui qui résulte des leçons apprises par les alliés en Afghanistan et surtout en Libye.

    Les Etats-Unis, qui appellent de leur vœu un plus large partage des tâches, se félicitent de ce que l’opération libyenne a pu démontrer comme capacité des Européens à prendre la direction d’une opération d’envergure, en particulier la France et le Royaume-Uni. Mais cette opération n’aurait pu être menée sans un soutien majeur des Etats-Unis.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.