GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Au Chili, la journée de mobilisation marquée par de violents heurts

    media De violents affrontements ont opposé policiers chiliens et casseurs en marge de la mobilisation sociale. REUTERS/Carlos Vera

    Au Chili, 300 000 personnes ont encore manifesté, le mercredi 19 octobre 2011, pour exiger une éducation publique, gratuite et de qualité. Organisée dans le cadre de deux jours de grèves à l’appel des étudiants et du premier syndicat du pays, la mobilisation a une fois de plus été suivie par des heurts entre des casseurs et la police. Une police chilienne accusée d’usage excessif de la force en marge des manifestations.

    Avec notre correspondante à Santiago, Lucile Gimberg

    Malgré une marche réalisée dans le plus grand calme hier, les carabiniers ont attaqué des manifestants pacifiques pourtant bien démarqués des casseurs, accusent les dirigeants étudiants. En réunion avec l’intendante régionale, les leaders du mouvement ont donc demandé des explications pour cette violence excessive de la part de la police.

    Au Chili, ce n’est pas la première fois que les forces de l’ordre sont pointées du doigt pour cette raison. En août dernier, la répression violente des manifestations avaient déjà attiré l’attention d’organisations internationales. En septembre, un adolescent était même mort, en marge des mobilisations, d’une balle tirée par un carabinier.

    Aujourd’hui, ce ne sont plus seulement les manifestants qui se plaignent de la répression policière, la presse chilienne et internationale aussi. Mardi, un photographe de l’Agence France-Presse a été arrêté et molesté alors qu’il couvrait la mobilisation. Au moins trois autres cas similaires ont été dénoncés par plusieurs associations de la presse chilienne ces derniers mois. Une violence intentionnelle condamnée par Reporter sans Frontière et sur laquelle on a déjà attirée l’attention du rapporteur de l’ONU pour la liberté d’expression.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.