Grande précarité dans les centres d'accueil d'enfants en Haïti - Amériques - RFI

 

  1. 13:00 TU Journal
  2. 13:10 TU LA DANSE DES MOTS 1
  3. 13:30 TU Journal
  4. 13:33 TU L'épopée des musiques noires
  5. 14:00 TU Journal
  6. 14:10 TU EN SOL MAJEUR 1S
  7. 14:30 TU Journal
  8. 14:33 TU EN SOL MAJEUR 2S
  9. 15:00 TU Journal
  10. 15:10 TU Si loin si proche
  11. 15:30 TU Journal
  12. 15:33 TU Si loin si proche
  13. 16:00 TU Journal
  14. 16:10 TU Tous les cinémas du monde
  15. 16:30 TU Journal
  16. 16:33 TU Tous les cinémas du monde
  17. 17:00 TU Journal
  18. 17:10 TU Sessions d'information
  19. 17:30 TU Journal
  20. 17:33 TU Sessions d'information
  21. 17:40 TU Afrique presse
  22. 18:00 TU Journal
  23. 18:10 TU Sessions d'information
  24. 18:30 TU Journal
  25. 18:33 TU Sessions d'information
  1. 13:10 TU La marche du monde
  2. 13:30 TU Journal
  3. 13:33 TU La marche du monde
  4. 14:00 TU Journal
  5. 14:10 TU Atelier des médias
  6. 14:30 TU Journal
  7. 14:33 TU Atelier des médias
  8. 15:00 TU Journal
  9. 15:10 TU Tous les cinémas du monde
  10. 15:30 TU Journal
  11. 15:33 TU Tous les cinémas du monde
  12. 16:00 TU Journal
  13. 16:10 TU Si loin si proche
  14. 16:30 TU Journal
  15. 16:33 TU Si loin si proche
  16. 17:00 TU Journal
  17. 17:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  18. 17:30 TU Journal
  19. 17:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  20. 18:00 TU Journal
  21. 18:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  22. 18:30 TU Journal
  23. 18:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  24. 21:00 TU Journal
  25. 21:10 TU Orient hebdo
Urgent

Contactée par RFI, Chantal Compaoré était surprise que les médias soient informés du lieu de leur refuge. Après un conciliabule, l'ancienne première dame confirme: «Le président et moi sommes bien à Yamoussoukro». «Tout va bien», poursuit-elle, avant d'ajouter que Blaise Compaoré et elle-même ne souhaitaient pas faire de commentaire «pour le moment».

Dernières infos

fermer

Amériques

Haïti Droits de l'enfant

Grande précarité dans les centres d'accueil d'enfants en Haïti

media

Les autorités haïtiennes s'activent contre le trafic et la maltraitance des enfants du pays. Un orphelinat où les mineurs n'avaient pas accès aux soins et souffraient de malnutrition a été fermé ce vendredi 21 octobre 2011, dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince. Une action forte mais qui n'est qu'une goutte d'eau : personne en Haïti ne sait vraiment ce qu'il se passe dans les centaines de centres d'accueils pour mineurs.

Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

La trentaine d'enfants qui étaient à l'orphelinat Son of God ont été placé en sécurité dans des structures où ils seront nourris et soignés.

Une très bonne nouvelle la responsable de l'Unicef en Haïti, Françoise Grulos, mais elle sait que la vie de trop de mineurs est encore en danger :  «On est satisfait de l'opération, mais bien sûr on n'est pas du tout satisfait de la situation dans laquelle vivent les enfants dans ce pays. Au moment où l'on parle, on sait que ces enfants sont en sûreté mais d'autres ne le sont pas. Quand on ouvre des centres... comme on ouvre une épicerie, on met des enfants en danger : on ne sait pas où sont ces enfants, qui ils sont, où sont leurs parents... Il y a des enfants qui disparaissent, où vont-ils ? ... on peut tout supposer. Aujourd'hui Haïti n'est pas un pays qui garantit les mesures transparentes et légales pour les adoptions inter-pays. On espère que très bientôt ce soit le cas et l'Unicef vraiment fait de son mieux pour aider l'Etat à ce que ce système fonctionne.»

La France ne permettra à nouveau l'adoption d'enfants haïtiens que lorsque ces structures d'adoption fiables seront instaurées. Le président Martelly et l'Unicef travaillent davantage à la lutte contre la pauvreté, le premier facteur d'abandon des enfants, car aujourd'hui 85% des mineurs placés dans les centres ont en fait toujours une famille.
 

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.