GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Aujourd'hui
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    « L’Ange blond » Alfredo Astiz condamné à la prison à vie

    media Alfredo Astiz au cours de son procès, commencé en 2009 Reuters

    Plus de 30 ans après les faits qui lui sont reprochés, Alfredo Astiz a enfin été condamné le 26 octobre 2011, pour les crimes commis sous la dictature argentine (1976-1983). Il est notamment impliqué dans la disparition de deux religieuses françaises. Après deux ans de procès, l'ex-officier de marine, aujourd'hui âgé de 59 ans, a finalement été condamné à la réclusion à perpétuité.

    Décembre 1977 : les mères de la place de Mai sortent d’une église catholique où elles viennent d’assister à une cérémonie religieuse. En pleine période de dictature de Jorge Videla, ces femmes défilent silencieusement tous les jeudis face au palais présidentiel, place de Mai, pour réclamer la libération de leurs proches. A la sortie de la messe, sur le parvis de l’église, plusieurs d’entre elles embrassent un certain Gustavo Nino, un jeune homme qu’elles ont pris sous leur aile parce que ses parents, dit-il, ont disparu dans les prisons de la dictature. Mais ce que ces mères de la place de Mai ne savent pas c’est qu’elles viennent de signer leur arrêt de mort.

    Car Gustavo Nino est en fait Alfredo Astiz, un officier de marine, membre du groupe 3.3.2, une cellule chargée des enlèvements, tortures et disparitions à la déjà sinistre Esma, l’Ecole mécanique de la marine, qui sera l'un des centres clandestins de détention et de torture.

    C'est comme un soulagement. Justice a été rendue.

    Geneviève Geanningros

    Religieuse et nièce de Léonie Duquet

    27/10/2011 Écouter

    En embrassant les fondatrices du mouvement des mères de la place de Mai, Alfredo Astiz vient de les désigner à ses sbires. Azucena Villaflor, Esther Ballestrino de Careaga, Maria Ponce de Bianco et sept autres activistes sont arrêtées, torturées, en même temps que deux religieuses françaises : Léonie Duquet et Alice Domon qui soutiennent le mouvement des mères de la place de Mai. Les deux religieuses et l’une des fondatrices du mouvement seront portées disparues pendant des années, jusqu’à ce que le fleuve qui traverse Buenos Aires, le Rio de la Plata, rejette leurs ossements. C’est l’une des principales affaires à charge contre Alfredo Astiz mais le dossier contre « l'Ange blond de la mort » est épais : l’officier de marine est en fait le bras armé du régime.

    Astiz pourchasse même les opposants en France

    Pendant la dictature, plus de 10 000 Argentins ont fui le pays et ont trouvé refuge en Europe ou aux Etats-Unis. Qu’à cela ne tienne : Alfredo Astiz s’envole pour l’Europe où il traque les opposants.

    Il existe une photo de lui alors qu’il assiste à une conférence de presse donnée par des médecins français qui refusent de se rendre à un congrès sur le cancer à Buenos Aires en raison de la dictature. Ces médecins ont organisé un contre-congrès à Paris. A la conférence de presse qu’ils donnent pour expliquer leur action, Alfredo Astiz est en arrière-plan, sur la gauche de la photo. Discret, il écoute sans rien dire. Lui et ses hommes de main se renseignent sur les opposants en exil qui sont dans la salle.

    Un piètre combattant aux Malouines

    2 avril 1982 : la marine argentine débarque sur l’archipel des Malouines, déclenchant une guerre de quelques semaines avec la Grande-Bretagne de Margaret Thatcher. Les journalistes envoyés sur place filment, sans faire attention, ce commandant blond qui dirige les forces argentines et qui se rend sans réellement livrer bataille. C’est encore Alfredo Astiz.

    Cette guerre perdue sans gloire accélère la chute de la dictature et en décembre 1983, avec Raoul Alfonsin, l’Argentine célèbre le retour à la démocratie. Deux dictateurs sont jugés en 1985, Jorge Videla et Emilio Massera, mais dans une démocratie encore fragile, le pouvoir préfère céder du terrain aux militaires encore puissants. En 1986-87, deux lois permettent à un millier de militaires accusés de violations des droits de l’homme d’échapper à la justice. Dont Alfredo Astiz.

    Enfin rattrapé par la justice

    Ces lois d’amnistie ne s’appliquent pas en France, où il est recherché pour la disparition des deux religieuses. Faute de le détenir, en 1990 il est condamné par contumace à la prison à vie en France. Il n’est chassé de l’armée qu’en 1998 et il faut attendre 2003 pour qu’Alfredo Astiz soit enfin inquiété par la justice. Les lois d’amnistie ayant été annulées, il est placé en détention mais son procès ne s’ouvre qu’en décembre 2009.

    Les familles des victimes sont satisfaites de voir « l’Ange blond » enfin traduit devant la justice mais lui n’a tiré aucune leçon du passé. A l’ouverture de son procès il fait preuve d’une incroyable arrogance en déclarant : « Ceci n'est pas un procès, mais c’est une persécution politique qui ne cherche pas la justice. L'objectif est l'enrichissement des terroristes, de leurs familles, leurs agents et leurs avocats avec les indemnités excessives qui ont été demandées. Ce simulacre de procès ne sera pas un exemple, comme ils le disent de façon grotesque, au contraire, ce procès sera à l'avenir une honte pour la République. La paix tant recherchée pour le peuple argentin se trouvera à travers de la justice, mais jamais avec cet acte qui est un vrai lynchage ».

    Le procès a été très long, s'étalant sur deux ans. Le verdict tombe près de 34 ans après les faits. Tristan Mendès-France, écrivain et journaliste, a consacré une biographie à Alfredo Astiz intitulée Gueule d’ange. Pour lui, ce très long délai est compréhensible. « Il est très difficile de juger dans une transition démocratique compliquée. Après la dictature et notamment dans les années 2000, l’Argentine a subi les affres d’une grande crise économique et ce n’était pas une priorité de juger et de réveiller une plaie encore vivace. Il y a eu aussi une instabilité politique avec de nombreuses élections, de nombreux présidents, ce qui fait que la démocratie argentine était assez fragile à l’époque ».

    Avec ce procès, c’est une page d’histoire qui se tourne pour l’Argentine. Il en reste malheureusement beaucoup d’autres à relire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.