GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Plan Condor: le Mercosur crée une commission d'enquête sur les violations des droits de l'homme

    media Le général Augusto Pinochet et le président du Chili Salvador Allende (non datée) ©Reuters.

    Vingt ans après sa création, le Mercosur, Marché commun du Cône sud équivalent de l'Union européenne pour l'Amérique latine, va créer une commission chargée de faire la lumière sur l'opération Condor. Cette alliance policière des dictatures d'Amérique latine qui était destinée à éliminer tous les opposants, dans quelque pays qu'ils se trouvent, dans les années 70 et 80.

    Le Chili de Pinochet, l'Argentine de Videla, l'Uruguay de Bordaberry, le Paraguay de Stroessner, la Bolivie de Banzer et le Brésil dirigé par Geisel, avaient signé un accord secret par lequel ils s'engageaient à poursuivre tous les opposants où qu'ils se trouvent, dans leurs pays d’origine ou en exil en Europe ou aux Etats Unis. Depuis la chute de ces différents régimes, la vérité a bien du mal à éclater et la justice à passer.

    La résolution adoptée par le Mercosur est encore bien timide : elle ne prévoit que de «stimuler» la création d'une commission d'enquête sur les actions de l'opération Condor mais c'est déjà une première sur un continent qui a bien du mal à juger les responsables des exactions.

    Pinochet est mort après avoir échappé à un procès sur ses crimes. Bordaberry n'a été jugé pour crimes contre l'humanité qu'en 2010 et il est mort l'année suivante. Stroessner est mort en exil au Brésil sans jamais avoir été jugé. Seul le général Videla purge une peine de prison à vie mais après avoir été amnistié puis rejugé. Reste à savoir quelles seront les capacités d'investigation de cette commission d'enquête.

    Le plan Condor ou la systématisation de la terreur

    Le 25 novembre 1975 à Santiago du Chili, se déroule une entrevue secrète. Y sont présents les chefs des services de renseignement du Chili, d’Argentine, d’Uruguay, du Paraguay, de la Bolivie et du Brésil. Un plan «contre-terroriste» est mis sur pied. Il vise à pourchasser et éliminer les «guérilleros terroristes gauchistes» par des actions communes des services secrets au nom de la dite «doctrine de sécurité nationale». Les services de sécurité des dictatures latino-américaines collaboraient déjà étroitement dans la chasse aux opposants. Le plan Condor va formaliser cette coopération. Les opposants et leurs familles sont traqués, où qu’ils se trouvent, y compris en exil. Ainsi l’ancien ministre du gouvernement chilien d’Unité populaire, Orlando Letelier, est tué en plein centre de Washington par un attentat à la bombe en septembre 1976.
    Aujourd’hui encore il est difficile de chiffrer les victimes des dictatures militaires latino-américaines et de l’opération Condor.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.