GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Septembre
Jeudi 26 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Algérie: mort de huit nourrissons, dans la nuit de lundi à mardi, lors de l’incendie d’une maternité dans le centre-ouest (secours)
    Amériques

    Une marche au Mexique pour les victimes de la guerre contre les cartels de la drogue

    media Décorations au cimetière d’Oaxaca, Mexique, le 1er novembre 2011. REUTERS/Stringer

    Au Mexique, au lieu de se rendre dans les cimetières comme le veut la tradition, le 2 novembre de chaque année, des milliers de Mexicains ont profité de la fête des morts pour venir soutenir les familles des victimes de la guerre menée par le gouvernement contre les cartels de la drogue. Depuis cinq ans, près de 50 000 personnes ont été assassinées dans le pays.

    Avec notre correspondant à Mexico, Patrice Gouy

    Des milliers de Mexicains ont répondu au poète Javier Sicilia qui mène depuis plus de six mois la marche pour la paix et la justice. Ils se sont rendus au pied de l’Ange de l’Indépendance avec une bougie pour apporter une étincelle dans l’obscurité. Une veillée pour la paix en mémoire aux 50 000 personnes assassinées depuis cinq ans.

    Rendre hommage à ces morts, souvent victimes collatérales de combats qui ne les concernaient pas, est une façon de les sortir de l’anonymat : c’est leur donner un nom, une histoire et rencontrer leurs familles qui réclament une justice que le gouvernement leur nie, comme Rosario Jimenez qui cherche son fils disparu, un matin de juillet, dans l’Etat du Michoacán.

    « Pour une mère, imaginez-vous ce que c’est. C’est une vie complètement détruite parce qu’il n’y a plus de jour, plus de nuit, ni chaleur ni froid. La seule chose qu’il me reste c’est la douleur qui me rend forte pour le chercher, pour retrouver ne serait-ce qu’un morceau de lui ».

    Une veillée un peu triste mais chaleureuse. Certains sont juste venus saluer, d’autres ont passé la nuit sur les marches à discuter, chanter ou consoler. Un petit groupe a entamé un jeûne collectif pour attirer l’attention du gouvernement et lui dire que tant de morts pour des résultats aussi maigres devraient le convaincre de changer de stratégie.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.